David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: TV Choice magazine - I Was Absolutely Hooked Again - Avec Traduction ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2015
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Duam78
Lady of the Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 2 739
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Ven 14 Aoû 2015 - 13:38    Sujet du message: TV Choice magazine - I Was Absolutely Hooked Again - Avec Traduction Répondre en citant



Citation:
David Tennant has given a new interview to TV Choice magazine about the second series of Broadchurch which begins on ITV next Monday. David spoke during filming earlier this year in the West Country.

With the plot of the new eight-part drama shrouded in secrecy, David couldn't give much away; however he shared what he could and also spoke a little about working on the US remake Gracepoint and his plans for 2015.

How tough has it been filming and promoting series two of Broadchurch without letting anything slip?
We had the advantage in series one where nobody really cared because no one knew what was coming. This time there’s expectation which is difficult to manage. But if that means we’re a victim of success then that’s a good thing.

What can you tell us?
It's a very different type of story, it would have felt wrong for series two to be another body on another beach. Writer Chris Chibnall has created a story which is structurally very different but is still absolutely in that world both tonally and emotionally.

Has it been difficult keeping storylines under wraps during filming?
Early on we were stalked quite heavily by photographers and there was some graveyard stuff that made it into some of the papers which led to speculation, some of which was accurate, some wildly inaccurate. But it feeds the beast, gets people interested so I guess a bit of speculation won't do any harm.

How did you feel to read episode one?
It was exciting to be back in that world and we pick up where series one left off in many ways. I was absolutely hooked again, Chris has structured that first 15 minutes beautifully.

How difficult was it keeping the identity of the killer secret in season one?
I didn't know until episode eight arrived in a brown envelope, which was about two thirds through filming. It was quite good because in each interrogation scene I genuinely didn't know who was lying and who wasn't. I remember a point half way through filming when Chris [Chibnall] came on set and showed us a sequence of early footage. We were all crushed into the upper floor of the dining bus before filming and he was shaking with nerves. He said, ‘I know some of you want to know and some don’t and I've decided I’m not going to tell you!’ So the suspense was eked out even longer. A similar thing happened with script distribution this time.

Is it nice that people now recognise you for Broadchurch rather than simply Doctor Who?
Well it's certainly different, yes. Not that I'm ever sad to talk about Doctor Who or to be recognised for that. I will always be terribly proud of it but, yes, it was lovely to be part of something else that seemed to attract an equal level of enthusiasm.

How did the new cast — Charlotte Rampling, Marie-Anne Jean Baptiste, Eve Myles, James D'Arcy and Phoebe Waller-Bridge — integrate?
Extremely well mercifully. If it were all to end today, there are a lot of people I'll miss. It's one of those jobs you come away from with a much heavier phone book. Everyone's bonded by being a Broadchurcher.

You've also appeared in the American remake Gracepoint, how was that experience?
It's very unusual to be asked so that's one of the main reasons to do it. It was too extraordinary an opportunity to turn down and it was the same but different. As I finished filming Gracepoint in Canada, the first script for Broadchurch season two arrived and I thought it would be interesting to read it. So I did and I thought it was fantastically clever and brilliant and thrilling but completely disorientating. It suddenly felt like an entirely different world so I put it down until I caught the plane home.

Did you feel protective of the character?
You do think, 'I don't want anyone else to have a go'. I thought if they're going to let me have a try, I'm going to take that opportunity. Then you get there and it's its own thing with its own life and momentum.

Did you watch the season one finale as it went out?
I couldn't because I was on a night shoot in Cardiff for the 50th anniversary of Doctor Who at the time but I was following its progress through text messages I was receiving between takes. It was exciting and really felt like an event.

Are you keen to do more US TV?
I’m sort of keen to explore all the worlds and see what comes up next. It does feel like television internationally is becoming one big industry — people just go where the good scripts are, film, TV, stage, radio. There's a wonderful freedom to being able to work in all these different worlds.

Can you tell us what you'll be working on next?
I think I'm going on to a film but films being films, you don't quite want to bank on it until you're there on the first day. I'm having a bit of time off, which I haven't done in a long time, so I'm very excited.

Any shows you'd like to be in?
The West Wing is the show I always wish I'd ended up in. I just wanted to be Bradley Whitford [Josh Lyman]. For me it’s still the finest television there's ever been. Maybe The Newsroom or whatever Aaron Sorkin does next.

Have you seen Peter Capaldi in Doctor Who?
Of course, he’s fantastic, how could I not? I think it's illegal not to watch Doctor Who in this country!

And a Scottish Doctor….
Yes, it clearly works. It's great to see Peter bringing so much of himself to it and running with it, making it so fantastic.


Citation:
David Tennant a donné une nouvelle interview au magazine TV Choice au sujet de la deuxième saison de Broadchurch diffusée sur ITV à partir de lundi prochain. Nous avons eu l'occasion de le rencontrer durant le tournage plus tôt dans l'année, qui a eu lieu dans le Sud-Ouest anglais.

L'intrigue de cette nouvelle saison en huit épisodes étant conservée dans le plus grand secret, David n'a pas pu nous divulguer grand-chose ; cependant il a partagé ce qu'il a pu avec nous et parlé un peu de son travail dans Gracepoint, le remake américain de la série, et de ses plans pour 2015.

Etait-ce dur de tourner et de promouvoir la saison 2 de Broadchurch sans laisser échapper aucune info ?
Dans la première saison, l'avantage était qu'on s'en fichait un peu, car personne ne savait comment ça serait. Cette fois-ci, il y a des attentes, ce qui est difficile à gérer. Mais si ça veut dire que nous sommes victimes du succès alors c'est une bonne chose.

Que pouvez-vous nous dire de la saison 2 ?
C'est un type d'histoire très différent ; ça n'aurait pas fonctionné si la saison 2 avait été un autre corps retrouvé sur la plage. Le scénariste, Chris Chibnall, a créé une intrigue qui est structurellement très différente mais qui reste complètement dans cet univers à la fois au niveau du ton et de l'émotion.

A-t-il été difficile de garder les éléments-clés de l'histoire secrets durant le tournage ?
On a très tôt été fortement épiés par des photographes et certaines trucs au cimetière se sont retrouvés dans la presse, ce qui a mené à des spéculations, certaines étaient proches de la vérité, d'autres complètement à côté. Mais ça entretient l'intérêt, ça pousse les gens à rester à l'écoute, alors je pense qu'un peu de spéculation ne fera pas de mal.

Comment vous êtes vous senti à la lecture du premier épisode ?
C'était excitant de revenir dans cet univers et on reprend là où la première saison a laissé beaucoup de choses en suspens. J'ai été à nouveau complètement happé, Chris a magnifiquement structuré ces 15 premières minutes.

Etait-ce difficile de garder secrète l'identité du meurtrier dans la première saison ?
Je ne savais pas jusqu'à ce que le texte de l'épisode 8 arrive dans une enveloppe marron, à peu près au deux tiers de la session de tournage. C'était plutôt bien parce que dans chaque scène d'interrogatoire je ne savais réellement pas qui mentait et qui ne mentait pas. Je me souviens d'un moment à la moitié du tournage quand Chris [Chibnall] est venu sur le plateau et nous a montré les premières images. On était tous dans le bus où on dînait avant de tourner, complètement scotchés ; il était si nerveux qu'il tremblait. Il a dit "Je sais que certains d'entre vous veulent savoir et d'autres non, alors j'ai décidé de ne rien vous dire !" Le suspense a donc continué encore plus longtemps. Il s'est passé plus ou moins la même chose cette fois-ci à la distribution du script.

C'est agréable d'être à présent connu du public pour avoir joué dans Broadchurch plutôt que juste dans Doctor Who ?
Eh bien, en effet, c'est assez différent. Pas que je sois parfois triste de parler de Doctor Who ou d'être connu pour ça. J'en serais toujours terriblement fier, et c'était génial de faire partie de quelque chose d'autre qui apparemment soulève tout autant d'enthousiasme.

Comment les nouveaux acteurs et actrices de l'équipe - Charlotte Rampling, Marie-Anne Jean Baptiste, Eve Myles, James D'Arcy et Phoebe Waller-Bridge - se sont-ils intégrés ?
Vraiment bien, heureusement. Si tout ça devait se terminer aujourd'hui, beaucoup de personnes me manqueraient. C'est un de ces boulots dont on revient avec le carnet d'adresses beaucoup plus lourd qu'avant. On est tous liés par le fait d'être un Broadchurcher.

Vous êtes aussi apparu dans le remake américain, Gracepoint. Comment c'est déroulé l'expérience ?
C'est vraiment inhabituel de se voir proposer ce genre de chose et c'est une des principales raisons pour le faire. C'était une opportunité trop extraordinaire pour la refuser et c'était la même chose mais... différent. Alors que je finissais de tourner Gracepoint au Canada, le premier script de la saison 2 de Broadchurch est arrivé et j'ai pensé que ça serait intéressant à lire. Alors je l'ai lu et je l'ai trouvé magnifiquement intelligent, brillant, excitant mais complètement perturbant. Soudain, j'avais la sensation que c'était un monde totalement différent, alors je l'ai reposé jusqu'à ce que je monte dans l'avion pour rentrer chez moi.

Vous êtes-vous senti possessif envers le personnage ?
On se dit effectivement "Je ne veux pas que quelqu'un d'autre le joue". J'ai pensé que s'ils me laissaient essayer, j'allais saisir cette opportunité. Ensuite, vous arrivez là-bas et ça devient autre chose, un autre travail avec sa propre vie et son propre rythme.

Avez-vous regardé le dernier épisode de la saison à sa diffusion ?
Je n'ai pas pu, j'étais à Cardiff à ce moment-là, à un tournage nocturne pour le 50ème anniversaire de Doctor Who, mais je suivais son déroulement à travers les textos que je recevais entre les prises. C'était excitant et ça semblait vraiment un évènement.

Avez-vous envie de travailler à nouveau pour la télévision américaine ?
J'ai en quelque sorte envie d'explorer chaque univers et voir ce qu'il y aura ensuite. J'ai l'impression que la télévision est internationalement en train de devenir une seule grosse industrie - les gens vont juste là où sont les bons scénarios, que ce soit des films, de la télé, du théâtre ou de la radio. C'est jouir d'une merveilleuse liberté que d'être capable de travailler dans chacun de ces mondes.

Sur quoi allez-vous travailler ensuite ?
Je crois que ce que je veux c'est faire un film, mais les films étant ce qu'ils sont, vous ne voulez pas rester à compter dessus jusqu'à ce que vous commenciez votre premier jour. Je prends actuellement un peu de vacances, ce que je n'ai pas fait depuis longtemps, alors je suis assez content.

Avez-vous vu Peter Capaldi dans Doctor Who ?
Bien sûr, il est fantastique d'ailleurs ! Comment aurais-je pu faire autrement ? Je crois que c'est même illégal de ne pas regarder Doctor Who dans ce pays !

Et c'est un Docteur écossais...
Oui, et ça fonctionne, clairement. C'est super de voir Peter y apporter autant de lui-même et tenir la barque, le rendant aussi génial.






Traduction par Angel
Relecture par Duam78

© TV Choice - 2015 - Toute reproduction, partielle ou complète, est interdite sans autorisation des Webmasters.
_________________

Merci Circus Doll pour l'avatar
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Aoû 2015 - 13:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2015 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com