David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: New world but same many face [Répertoire cross-over multi-rôles Tennant] ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> Le Coin des artistes -> FanFics
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
FanCompagnie
Fan en devenir

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2014
Messages: 25

MessagePosté le: Dim 20 Avr 2014 - 23:16    Sujet du message: New world but same many face [Répertoire cross-over multi-rôles Tennant] Répondre en citant

Titre : New world but same many face, la description du sujet explique le comment du pourquoi. 

Résumé : Fin S2. Rose Tyler doit désormais vivre dans un monde parallèle, mais elle n'arrive pas à oublier le Docteur. Sachant que tragiquement, le destin lui joue de mauvais tours. Tandis que le Docteur, nostalgique, blessé, ne demande qu'à la retrouver.

Genre : Cross-over naturellement. Sentimental mais un sentimental extrêmement gore, qui va vous prendre aux tripes, vous tirer des "what the fuck ". Etant des délires, cela pourra très bien être magnifiquement gaie, tout plein de bon sentiments tout comme être sadique à un point hautement élevé  Mr. Green  

Spoilers : Aucun. Je reprends juste les personnages des séries, et je les assemble. 

Disclaimer : Rien ne m'appartient, sauf mon assemblage. 

Notes de l'auteur : Attendez-vous déjà à des délires sortant de façon aléatoire, pouvant être très doux comme je le disais dans les genres ou au contraire très violent. Ayant fini Secret Smile, le personnage psychopathe de Brendan m'a donné des idées. Je changerais de genre dans mon style d'écriture, le point de vue que j'aborde de façon tout à fait aléatoire tout en donnant à chaque fois une cohérence globale. Ne me demandez pas comment je prévois la fin de ce répertoire, j'en ai aucune idée. Oui, je vais être intensément cruelle, et laisser au soin de mon esprit d'exploser ses mots sur le sujet quand il en aura envie. Des récits donc du coeur. Tout commentaire utile, je prends. Je suis censée être une cross-mania...vous n'aurez pas une envie de me tabasser. Théoriquement. Bonne lecture. Je vous laisse avec ma définition à l'état pur du mot "délire".








You're my prisonnier  
 
 
 
 
 
Citation:
Le jour où le Docteur avait disparut, toute la vie de Rose Tyler s’était écroulée. Condamnée dans un monde parallèle qu’elle ne voulait guère, sans plus jamais le revoir. C’était un fardeau sans aucune consolation. Puis elle avait rencontré cet homme, m’évoquant à chaque regard, à la beauté de ses yeux marron, à ses cheveux en bataille brun, toute la personne qu’elle aimait. Il était séduisant dans ses manières, imposant dans ses principes et ses règles.
 
Ce petit côté égoïste de raison, cette fourberie d’ingéniosité, cette double face diabolique…
 
Pour Brendan Block, Rose Tyler était une proie idéale, manipulable, sur laquelle il pourrait exercer une emprise grandissante sans jamais se faire prendre, continuant à la faire sienne jusqu’à sa plus grande lassitude. Mais son jeu ne terminerait pas immédiatement. Il voulait la faire espérer, la faire fermenter dans son espoir. Après tout, elle avait refusé de coucher avec lui. Il l’avait récupéré dans un état lamentable, entendu toutes ses aventures avec son magnifique Docteur lui manquant terriblement. Il était substitut d’un homme qui ne l’intéressait guère. La mère de sa petite amie avait eut des refus à leur relation.
 
 
Un appartement dans la banlieue de Londres, suffisamment grand pour accueillir un couple. Rose Tyler, en plus de son emploi dans le magasin, avait essayé de sauvegarder quelque part les traces de ces voyages avec le Docteur. Entièrement dévorée, asphyxiée. Après, d’après lui, son « travail », Brendan harpa doucement Rose vers lui, caressant ses cheveux blonds.
 
-          Tu devrais arrêter de penser à lui. Je suis là moi. Tout à toi. Constamment là pour toi.
 
Il prononçait ses mots avec ardeur amoureux, proche de son oreille en se délectant de son souffle si proche. Insistant sur ces dernières phrases, il voulait que les termes magiques plaisant à toutes les filles lui conviennent, la fassent craquer. Oui, sérieusement, cette voyageuse temporelle égarée pouvait lui apporter tellement. Il pourrait jouir de se vanter d’avoir volé la fleur perdu du Docteur pour lui seul.
 
-          Brendan, arrête.
 
Rose, rapidement, repoussa son étreinte. Il détestait quand elle faisait ça, quand elle le regardait de haut comme s’il ne connaissait rien à la beauté de l’univers. Il devait, à chaque fois, serrer les dents, contrôler son regard pour ne pas dévoiler sa colère. Rester doux et tenter de l’avoir par les sentiments, délicatement, doucement…pourquoi n’arrivait il donc pas à avoir cette femme ? Rose le dévisagea dans un regard froid, allant s’enfermer dans sa chambre. Brendan, ne contrôlant guère sa colère, s’harpa à la porte et y toqua avec violence.
 
-          A chaque fois qu’il est question d’affection, tu ne fais que penser à lui ! A lui, toujours à lui ! Toujours ce Docteur ! Ne méritais-je pas mieux que ça hein ?! Qui t’a donné de merveilleux moments ?! Qui t’a ranimé des ténèbres où tu étais ?!
 
Des coups sur la porte. Une violence brusque le faisant défoncer la porte, une tentative vaine de la frapper pour montrer sa dominance masculine, se retrouvant face à une combattante qui la regardait comme un homme parmi la masse, comme un amour confus dans son cœur.
 
 
 
 
-          Rose Tyler, c’est ça ?
 
Une voix écossaise qu’elle avait si souvent entendu, une sucette dans la bouche entre deux phrases ne faisant absolument pas professionnel questionnait son nouveau client dans une certaine urgence. Du sang se trouvait sur le front de Rose, qui n’émettait même pas un battement de paupières. La police était arrivée, et Brendan n’allait pas tarder à être interrogé par le même inspecteur. Elle en avait le sourire aux lèvres, celui de l’incroyable génie du hasard de l’existence, lui ayant laissé des tas de cadeaux empoisonnées sur son passage.
 
-          Oui…
 
Cette fois-ci, sa voix était davantage fluette. Fascinée par l’homme en face d’elle comme si elle avait portée son amour sur le mauvais homme, sur la représentation toute obscure du Docteur. Ses yeux noisette s’étaient envolés dans un univers où seul le Docteur, son Docteur, pourrait la ranimer. Sauver les planètes. Voyager dans le temps et l’espace. Là était sa vie. 
 
En face d’elle, le regard de Carlisle étincelait de milles diamants. Inoffensifs, à l’affût. Mangeant sensuellement comme si c’était presque la bouche d’une femme sa sucette. Un petit sourire délicat au visage tout en sachant rendre son expression très sérieuse et cadré.
 
-          Il a l’habitude de vous frapper ?
 
-          Non…
 
-          Vous êtes ensemble ?
 
-          Je ne sais plus…
 
-          Vous ne savez plus ? Reposa la question l’inspecteur.
 
Il eut soudainement un silence. Un croisement des yeux. Révélateur. Adorateur. Connaisseur.
Des murmures s’entendirent. Elle ne savait plus ce qu’ils disaient. Elle savait juste que Carlisle répondait à son égard, modifiait son emploi du temps. Sa vue se retrouva confuse, à la recherche désespéré d’un bruit reconnaissable, d’une sensation similaire.
 
-          Mademoiselle Tyler ! Mademoiselle Tyler ! …Rose !
 
Des mots qui ne l’atteignaient plus, qu’elle semblait entendre sans pour autant percevoir la réalité dans laquelle ils avaient été dites. Elle sentit des bras autour d’elle, puis l’obscurité.
 
Aucunement différente des ténèbres dont elle était prisonnière. 















You don't underestimate me  
 
 


 
Citation:
Carlisle était dans une situation très inconfortable pour lui. Il tenait dans ses bras une inconnue qu’il était victime, de manière tout à fait explicite, de violences conjugables de différentes sortes. Malheureusement pour lui, la victime, la seule personne pouvant porter plainte envers son « petit ami » n’avait pas pu lui donner le « oui » qu’il attendait. Quelque part, tout son corps avait éprouvé une sensation étrange quand le regard de la jeune blonde s’était tourné vers ses yeux marron. Comme s’ils avaient été attirés mutuellement…comme s’ils s’étaient toujours connus sans que cela soit le cas chez Carlisle. L’inspecteur était honnête face à ces propres émotions : de son action propre, il s’occuperait, en bien, de Rose Tyler. Ce qui ne plairait certainement pas à Brendan Block.


Il avait détesté cet homme dès sa première rencontre avec lui. Carlisle n’aimait pas les « rivaux manipulateurs » dans son genre, cela le mettait en compétition, et il ne comptait pas lâcher le morceau.


- Rose ! Rose !


Désespérément, Carlisle recherchait à ramener la conscience de la voyageuse temporelle égarée. Néanmoins le son de sa voix n’atteignait personne, excepté le mur en face d’eux…ou la porte derrière eux. Se passant une main dans ses cheveux sentant l’angoisse s’emparer de ses membres, le faisant frémir légèrement, l’inspecteur paraissait presque satisfait de savoir indirectement son adjoint ailleurs.


Scrutant le visage endormi de Rose, Carlisle sentit la rougeur lui monter au nez, lui provoquant une honte soudaine de ces émotions soudaines. Se rendant bien compte de l’inefficacité de ses actions, le regard de Carlisle descendit du visage de Rose vers son pantalon. Pas pour un désir charnel qui pourrait être appréhendé par son regard lointain, mais celui à la rechercher d’un téléphone…


S’oubliant tout remord de fouiller dans les poches d’une jeune femme inconsciente, ses mains entrèrent dans les poches du devant. Il pria pour qu’elle ait pensé à le prendre. Rapidement, sa main sentit  un objet métallique. Carlisle s’en empara immédiatement, un petit sourire content de lui-même naissant sur son visage. Sans hésitation, il l’ouvrit, recherchant dans les contacts la personne la plus proche pour prévenir de l’état de Rose. Non, appeler une ambulance ne faisait pas partit de ces intentions. Carlisle désirait prendre soin de la nouvelle venue lui-même.


Une voix féminine ne tarda pas à couper la mise en attente du téléphone.


- Rose ?


- Allô ? Proclama la voix tellement reconnaissable pour Jackie. Vous êtes bien Jackie Tyler ?


- Brendan, si…commença l’interlocutrice dans une tonalité absolument pas amusé.


- Carliste, coupa l’inspecteur. Inspecteur Carlisle. Je vous appelle du poste de police. Nous avons notre fille sous notre responsabilité. Elle va bien. Ne vous en faîtes pas, elle reviendra vite.


- …il s’est passé quelque chose ?


- Avec son petit ami. Apparemment. Nous sommes en train d’en discuter, donc surtout, ne vous inquiétez pas. Des soucis de couple, cela arrive.


- Mais…la tonalité de Jackie s’était faite plus petite. Pourquoi…pourquoi m’appeler si… ?


- Pour vous prévenir. Pour que vous soyez au courant. Mais surtout n’en parlez pas avec elle.


- Bien…Docteur…


Un petit rire sortit des lèvres, dans un réflexe soudain, des lèvres de Carlisle, amusé de la manière par lequel elle l’avait appelé. Docteur…quel étrange manière de le considérer. Toutefois cet amusement se retrouva très raccourci, un sentiment particulier ayant entouré l’inspecteur, qui, très satisfait d’avoir eut ce qu’il désirait en tout implicite, demanda avec étonnement :


- Comment vous m’avez appelé ?


- Oubliez…prenez soin de ma fille, inspecteur.


Jackie raccrocha, avec un petit silence de perdition que Carlisle sentit très bien. Au même moment, une main brusque s’empara du téléphone, étant celle de Rose Tyler, dédaignant du regard Carlisle de son geste de voleur. La proximité néanmoins avec lui la fit perdre ses moyens, sentant le doux visage de l’inspecter s’avança vers elle, sortant de sa poche un mouchoir – en tant que grand amateur de glaces, cela pouvait toujours servir – pour nettoyer le sang présent sur son front. Il s’apprêta à lui demander si elle avait mieux, mais ne pu le faire. Le contact des lèvres de Rose, clairement comme une jeune fille en détresse, se sentit sur sa bouche, les dévorant avec avidité, en s’accrochant à lui comme s’il était une autre partie de son souvenir perdu. Le plus tragique dans tout ça…fut que Carlisle répondit au baiser, la colla davantage contre lui, l’entraînant dans des bras protecteurs.
 
Brendan Block perdait patience à attendre dans son coin, à ruminer de son incompétence à la faire tomber sous ses charmes. Qu’est-ce qu’il ne lui avait pas assez plu chez lui ? Contradictoirement, il s’en voulait d’avoir été jusqu’à la frapper. Il avait usé de la violence, l’entraînant dans des sentiers dangereux, augmentant cette envie irrépressible de pouvoir hantant son esprit. Il avait bien vu la face presque dominatrice de Carlisle dans une position de force face à lui par son travail dans son arrivée dans leur appartement. A la fois si calme, si réglo dans ce qu’il devait faire, si apte à s’engager à réguler le problème, sans avoir émit la moindre émotion contraire. On avait envie de lui faire confiance à cet inspecteur, et si ce n’était pas le cas, ce dernier trouverait un moyen habile pour faire parler. Le style de personne qu’il ne supportait pas d’affronter en face, l’obligeant à se soumettre.


Il haïssait les policiers tout comme il haïssait les avocats. Pour son plus grand malheur, apparemment, Brendan allait devoir supporter les deux. S’il avait la chance de l’effectuer, il assommerait Carlisle pour pouvoir récupérer Rose. Sérieusement, Brendan se retenait pour ne pas le tuer, ce mec là. Il lui sortait par les trous de nez, sa face similaire rendait impossible tout regard, il n’éprouvait qu’une haine intense. Brendan avait déjà du mal à se faire entendre avec Rose, alors si en plus, il devait se soucier d’un inspecteur de police prêt à lui mettre des bâtons dans les roues !  Ah Rose, comment il la traitait !


Brendan se mordit les lèvres, apercevant une autre ombre s’approchant de l’endroit dans laquelle il était enfermé, seul, à devoir attendre qu’on daigne s’intéresser à lui. La coupe de cheveux était similaire de la sienne, davantage plus cadré, mais il sentit déjà le personnage qu’il allait avoir en face de lui. La haine d’avoir été aussi stupide lui remonta à la surface, se retenant d’aller massacrer la table pour pouvoir digérer sa très mauvaise situation. Tous s’étaient passé le mot pour le ressembler !


- Entrez.


C’était une voix de policier qui avait parlé, très distinctivement, ouvrant la porte de la cage de Brendan. A  ce moment précis, le manipulateur Don Juan se sentait presque maudit. La personne en face de lui avait les mêmes yeux que lui, des yeux marron rempli d’émotion, dans une droiture d’ouvrage perfectionnisme ne laissant paraître aucune fraude. Il eut un supplice intérieur. Bon dieu, pourquoi l’avait-il frappé, pourquoi était-il la cause de cet enchaînement d’évènements ?

Un petit sourire apparut néanmoins sur son visage, lui donnant un cout moment de répit et d’un sentiment victorieux très passager en voyant la face de la personne en face de lui se décomposer devant la vérité du visage similaire en face de lui. Bon, c’était une bonne chose que l’avocat – la serviette, la posture, le costume ne mentait pas…même la coupe de cheveux ordonnés donnait le rôle – appréhende sa situation délicate. Il ne sentirait pas tout seul dans le collimateur du destin.







 

 

 
You speak...whatever the way 
 

 
Citation:
Est-ce qu’un simple baiser volé pouvait modifier à tout jamais le court d’une relation ? Cette réponse à cette question, Rose Tyler, l’avait donné, en abandonnant tous ses efforts pour Brendan Block pour tomber dans des bras plus encourageants de Carlisle. Elle suivait le cours du destin, rectifiait ce qu’elle avait failli dans sa relation avec Brendan. 
  
Ce qu’elle ignorait, c’était l’amour véritable que ressentait Carlisle pour elle. Ils avaient prit le temps de se connaître en dehors de leurs occupations, s’invitant à prendre des cafés, une sucrerie par ci, un cinéma par là, une promenade par là. Carlisle s’était attachée à cette rescapée de la malchance, et pouvait appréhender toute la douleur jeté par le fil rouge. 
  
Néanmoins, son amant était réalise. Il idéalisait Rose Tyler. Jamais elle ne serait à elle. C’était impossible. Elle n’appartenait même pas à ce monde…en dehors de son travail, dans son appartement, Carlisle s’imaginait ce que cela devait être tous ses voyages… 
  
Il aurait presque aimé la savoir dessinatrice pour pouvoir rêver en se servant du support de l’image, toute la beauté et toutes les émotions différentes qu’il éprouverait en regardant des scénettes de moments s’étant réellement passés. Rose avait besoin d’un psychologue, pas d’un petit ami ressemblant à son Docteur. Mais puisque que Brendan ne faisait pas ce boulot de soutien moral, Carlisle l’effectuait à sa place. 
  
-          Je ne comprends vraiment pas pourquoi tu restes avec lui. 
  
C’était la veille d’un lendemain arrosé, car…enfin le nouveau couple avait osé faire le premier pas, un très grand car ils avaient couchés ensemble. Ce n’était, malheureusement pour eux pour ainsi dire, pas le coup d’un soir mais bien le début d’une relation très sérieuse. 
  
En même temps, c’était l’aboutissement de rien du tout. Ce n’était même pas une proclamation d’un « je t’aime » réciproque. Carlisle le savait pertinemment, et cela lui faisait mal. Il était prêt à tant de choses pour sa dulcinée qui en verrait à peine la beauté. 
  
Carlisle terminait d’apporter le petit déjeuner à table sans commenter leur folie de la veille. Rose, quant à elle, culpabilisait de s’être donnée à un autre homme autre que le Docteur. 
  
-          Tu es beaucoup plus heureuse et épanouie avec moi, ajouta Carlisle dans le vide. 
  
-          Il ne le supporterait pas, fit remarquer une voix à peine audible de Rose. 
  
-          Tout ce qu’il fait, c’est te faire souffrir. Il ne t’aime pas, il t’utilise. Sérieusement, si je pouvais le coffrer… 
  
-          Peter, implora Rose, s’emparant d’une tasse, buvant sans véritable regard envers son amant. 
  
Cruelle tragédie d’un couple impossible, mais après tout, cela avait apporté un peu de sentiment d’existence à la désespérée Rose Tyler. Carlisle ne pourrait jamais rien contre ça. 
  
  
  
  
  
  
-          T’as couché avec lui ?! 
  
Elle avait fini par défaire sa langue, et lui dire, concrètement ce qu’il en était avec Carlisle. Brendan s’en était toujours douté. Il regrettait maintenant d’avoir envoyé balader cet avocat des cas impossibles, William Burton, qui s’était empressé d’aller voir Rose qui avait accepté sans la moindre hésitation de le savoir protégeant sa cause. Brendan avait cru, très sérieusement cru, que toutes ces séances avec le grand Will avait été la cause de cette cassure de couple entre eux. Plus de bonjour, plus de préparation de repas, plus de paroles. 
  
Rose l’avait entièrement abandonné sans la moindre hésitation, et il l’avait vu immédiatement, dès le passage de William Burton, elle avait reprit confiance, courage. Non, Brendan ne pouvait pas s’imaginer qu’il se trompait d’ennemi, et qu’en fait…c’était avec un tel gars. 
  
-          T’as couché avec lui, Rose ?! 
  
Brendan explosait un câble similaire à la première fois qu’il l’avait frappé par erreur. Recommencer serait faire une énorme bêtise ne lui attirant que des ennuis. Il n’en voulait plus. Alors, il haussait le ton, il prenait sur lui qu’on avait volé sa proie, en attente d’une réponse. 
  
-          Oui… 
  
Rose acceptait la vérité des faits sans même un battement de paupières. Ce n’était pas nécessaire, c’était un simple détail. Elle était bien comme elle était. 
  
-          Espèce de… 
  
Brendan voulait l’insulter. Mais sa bouche se bloqua et il cassa la première fois qu’il lui venait dans les mains, collant Rose contre le mur dans une envie impulsive de la tuer. Son cadavre, au moins, lui serait sien, se disait-il. Malheureusement… 
  
  
Malheureusement, l’entente d’un bruit tellement reconnaissable cassa la déchéance d’un couple devenu inexistant, fait d’apparence et de sourires forcés. Un court bruit car brusquement, on sentit une sorte de grand choc. Néanmoins, Rose avait reconnu ce chuchotement si étranger, et se libéra aisément de l’emprise de Brendan. 
  
Une boite bleue était apparut dans l’appartement, en mauvaise état, les premières portes s’étant un peu détaché, laissant apparaître une forme vêtue d’un manteau marron dont les cheveux en bataille marron explicitait son identité. Ils s’étaient retrouvés. 
  
-          Docteur ! 
  
Rose s’était précipité vers l’individu, inconscient, blessé assez gravement, des traces noirs sur son visage. Par quel moyen désespéré avait il usé pour la rejoindre, il l’ignorait. Il l’avait cherché, avait fini par atteindre son but, c’était l’essentiel. Des larmes roulèrent sur le visage de Rose, s’emparant du Docteur pour le serrer fortement dans ses bras. Tenth Doctor s’était sacrifié pour la retrouver. Désormais, tout changerait. Elle avait une chance de refaire sa vie.  














Dernière édition par FanCompagnie le Lun 28 Avr 2014 - 10:30; édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 20 Avr 2014 - 23:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
BigBadWolf
Fan sous dépendance

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2013
Messages: 394
Localisation: Sur la barbe d'Alec Hardy

MessagePosté le: Lun 21 Avr 2014 - 15:56    Sujet du message: New world but same many face [Répertoire cross-over multi-rôles Tennant] Répondre en citant

Mais quel talent! Je ne peux qu'adorer! Tu as vraiment un don, Roxane. Ces mots sont tels que j'ai l'impression d'avoir William Shakespeare devant moi. Tu trouves toujours les bon mots pour qualifier ces sensations et ces histoires que provoquent Brendan à l'égard de Rose. Parfois, j'ai vraiment envie d'avoir en moi le cerveau de Shakespeare, car souvent l'inspiration m'échappe. Je ne trouve jamais le bon mot, c'est ce qui me perturbe. Je crois que c'est à cause de mon manque de vocabulaire que mes FanFictions ne font pas grand effet...


Oh, très chère, par pitié, dis-moi comment tu fais pour avoir un vocabulaire si enrichi qui sort toujours au bon moment de tes magnifiques lèvres?


La Grande Méchante Louve en détresse te salue.
_________________
Revenir en haut
Skype
FanCompagnie
Fan en devenir

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2014
Messages: 25

MessagePosté le: Lun 28 Avr 2014 - 10:33    Sujet du message: New world but same many face [Répertoire cross-over multi-rôles Tennant] Répondre en citant

Merci beaucoup ôo Je suis très portée sur les sentiments, j’y apporte toujours une grande attention en tenant à les rendre les plus crédibles possibles ôo Je trouve que cela apporte énormément de profondeur 8D
 
Pour te répondre : énormément de cogitation dans la tête, de la musique d’inspiration, beaucoup de lecture…et beaucoup de travail derrière. Après, j’ai un certain défaut perfectionnisme à rester sur un texte – pendant des mois s’il le faut – jusqu’à temps que j’ai les mots justes – je n’aime pas avoir un texte avec des mots qui expriment à moitié l’émotion de ce que je désire – A force d’y galérer, on finit par se créer une plume 8D
 
J’ai l’honneur de vous informer que deux suites sont présentes. J’ai enfin réussi à coller le Docteur dedans, tout en ignorant sa va aller par la suite xD
 
J’adore comme mes trips offrent des tas de possibilités dans l’évolution du contenu xD
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:06    Sujet du message: New world but same many face [Répertoire cross-over multi-rôles Tennant]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> Le Coin des artistes -> FanFics Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com