David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: You're my daugther [Doctor Who, One Shot] ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> Le Coin des artistes -> FanFics
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
FanCompagnie
Fan en devenir

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2014
Messages: 25

MessagePosté le: Jeu 17 Avr 2014 - 07:49    Sujet du message: You're my daugther [Doctor Who, One Shot] Répondre en citant

Titre : You're my daughter, encore un titre qui sied bien à l'univers de l'One Shot.

Résumé : Mélusine, le Docteur était parvenu à stopper la guerre entre les humains et les Att. Devant la perte de sa fille, il refuse néanmoins de quitter la planète...désirant espérer. 

Genre : Introspection dans un point de vue à "il". Alternatif car modifie l'épisode et rajoute des scènes supplémentaires. Sentimental car c'est très omniprésent dans celui-là. 

Spoilers : Même si cela s'inscrit dans la saison 4, aucun. Y a juste un petit rappel de la fin du Master.

Disclaimer : Aucun personnage ne m'appartient, ni l'histoire, rien du tout en fait...sauf mes modifications.

Notes de l'auteur : Aussi étrange que celui puisse paraître vu le sujet que j'ai choisi, c'est un énorme pavé, séparé en plusieurs parties. Vous ne trouverez pas exactement les dialogues de la série. J'ai essayé d'avoir un point de vue omniscient de tout les personnages. Prenez des mouchoirs pour le début du pavé, je n'y suis pas allé de main morte dans mes mots. Et si cela vous plaît, dites le.




---- 
 
 


 
 
Citation:
You're my daughter 
 
 
Tenth Doctor, dans une expression lointaine semblant apercevoir un horizon rougeâtre, regardait le corps étendu et sans conscience de sa fille. Quelques minutes auparavant, Donna lui avait rendu visite, parlant avec timidité, lui ayant massé son épaule en essayant de le réconforter. Il avait rapidement laissé de côté le sujet en formulant un « je vais bien ». 
  
C’était un pur mensonge. Non, rien n’allait bien, ni dans ses deux cœurs, ni dans son esprit, car aucun mot pouvait décrire l’émotion de voir périr sous ses yeux son enfant. A l’instant où Jenny avait reçu cette balle en pleine tête pour le protéger de ce tir, c’était la chute de Gallifrey qu’il s’était réinstallé dans son esprit. Quand aucune régénération n’avait daigné apparaître, c’était la brûlure de Gallifrey qui s’était imposé dans sa tête. C’est de ma faute… 
  
Il avait préféré être seul et subir ce supplice solitairement, comme il l’avait toujours fait. Même avec toute la bonne volonté de Donna Noble, elle ne pourrait pas le consoler. Qu’est-ce qu’elle aurait bien pu lui dire de toute façon ? Quels mots réconfortants aurait pu elle avoir ? 
  
Comparé au Master, dans une situation presque similaire, Tenth Doctor espérait. Une espérance l’ayant forcé à rester dans une planète guérie de sa douleur, mais dont son ressort l’indifférant entièrement maintenant, l’enfermant dans cette salle se moquant du temps.  
  
On dirait une personne ordinaire souffrant d’un mal ordinaire. Alors que c’était une personne extraordinaire exténué d’un mal répété et injuste. Mais il ne pouvait pas laisser transparaître toute sa lassitude de l’existence au regard de ses anciennes compagnons, ni de supplier à Rose de revenir alors que c’était déjà trop tard. C’était encore une chose dont il avait saisi toute l’importance pour lui quand il l’avait perdu. Il savait que cela recommencerait.  
  
Soupirant, Ten ne s’attendait plus à rien. Sa fille, malgré ses deux cœurs, ne pouvait pas se régénérer. Elle avait donc une part en elle d’humanité, d’existence éphémère. Sans doute devrait il se décider d’aller annoncer à ses compagnes de retourner au Tardis… 
  
Il s’apprêta à sortir, un regard lassé, une expression désespérée observant une dernière fois sa fille. Tenth Doctor ne se retournerait plus s’il quittait cette pièce. Car replonger dans son passé représentait l’anéantissement de ses efforts tournés vers une espérance d’avenir meilleur.  
  
Une légère moue s’additionna à cette pensée. C’était tellement dégradant pour Jenny… 
  
Toutefois, un élément particulier l’empêcha de partir. La porte était si proche, et personne n’irait le déranger donc la raison pouvait uniquement provenir de la salle en elle-même. Le Seigneur du Temps sentit un sentiment étrange dans son être, et se retourna presque instantanément vers le corps étendu de Jenny. De l’énergie régénératrice était sortie de sa bouche, mais d’une couleur différente de celle habituelle. Elle n’avait pas changé d’apparence.  
  
-          Jenny… ? 
  
Il s’était précipité vers elle sans même s’en souvenir, touchant son visage pour être certain si c’était réel. Ces yeux commençaient à être humides sous l’émotion tout d’un coup positive contrebalançant la décharge négative qu’il avait reçue. Jenny lui sourit, sursautant en découvrant son père, très doucement, l’enlacer pour un immense câlin rempli d’amour. Où tous les derniers mots de Ten l’ayant accueilli dans ses bras trouvaient une concrétisation… 
  
  
  
*** 
 
-          C’est le Tardis ?  
  
C’était une curiosité s’entendant dans la bouche de la nouvelle recrue du Tardis, devant le sourire rayonnant du Docteur qui après avoir annoncé la bonne nouvelle encore sous le choc avait décidé de larguer les amarres. Jenny ne s’était pas véritablement attendue à une tel « moyen de voyage temporel », le scrutant sous toutes les coutures.  
  
Martha Jones, de son côté, semblait s’être réfugiée dans son coin, présente physiquement mais non moralement. Quelques séquelles restaient de son deuil de ses sentiments pour le Docteur. Et elle pouvait très bien se mettre à sa place sur ses pensées de l’instant dans cette découverte du Tardis : il aurait réagi pareillement s’il avait eut un enfant avec elle ou Rose… 
  
Donna voyait cette scène différemment, dans un forcing implicite des actions de Tenth Doctor d’en révéler davantage sur sa vie. Un jour ou l’autre, Jenny serait curieuse de sa planète natale à lui, rendant une conversation obligée par rapport à la destruction de Gallifrey dans les détails. Jenny devrait faire face à la vérité sur son père, et pourquoi il avait dû le faire.  
  
-          Entre, tu seras surprise.  
  
Jenny avait abandonné, en acceptant de voyager avec son père dans une immense euphorie de découverte, son statut – de façon précaire vu les problèmes quotidiens du Docteur – de combattante. Elle ne devrait plus utiliser ses connaissances de combat. Trop jeune, elle devait apprendre sous la tutelle de l’expérimenté Docteur, reflétant un certain orgueil sur le Tardis.  
  
Martha voulait rentrer chez elle sans plus tarder, afin de retrouver sa vie normale. Non, voyager avec le Docteur ne l’intéressait plus. Elle en souffrirait davantage, et après cette nouvelle mésaventure, malgré toute l’affection qu’elle portait envers Donna, elle voulait s’en aller.  Martha avait choisi la Terre plutôt que l’univers. Car ce dernier l’avait fait trop souffrir.  
  
Donna attendait, et ayant sympathisé énormément avec Jenny, accueillit sa découverte de l’intérieur du Tardis avec un grand sourire.  
  
-          C’est plus grand à l’intérieur à l’extérieur !  
  
Elle était émerveillée, comme une gamine découvrant la beauté du monde. Un sourire comblé naquit sur le visage de Ten, ne la laissant pas le temps de se rendre compte de la grandeur surnaturelle, l’invitant auprès des différentes commandes. La curiosité de Jenny enclencha immédiatement plein de questions, perturbant d’abord le paternel qui se prit au jeu. 
  
-          Tu m’apprendras à manœuvrer, papa ?   
  
-          Bien sûr.  
  
-          Qu’allons-nous visiter en premier ? Tu as déjà une idée ? Nous allons directement arriver sur une planète inconnue et la sauver ? Nous allons voir l’endroit le plus farfelu de tout l’univers ? Nous allons voir la création de tout l’univers ?  
  
-          Doucement, doucement Jenny, sourit de manière gênée le Docteur guère habitué à autant de questions en même temps. D’abord, nous allons retourner sur Terre pour ramener Martha chez elle, au bon vieux Londres ~ Ajouta t’il en regardant la compagne en question lui jetant un faible sourire.  
  
-          La Terre ? Oh papa, montre-moi à quoi elle ressemble !  
  
-          Oui, oui, oui, oui, chaque chose en son temps… 
  
Le Docteur avait clairement perdu l’habitude de voir un dynamisme aussi émerveillée dans sa boîte bleue. Il ne semblait pas très enclin à lui faire découvrir la planète Terre sous toutes ses coutures, car malgré son statut de planète préférée du Docteur l’ayant sauvé suffisamment de fois pour être considéré comme le super-héros inconnu des terriens, c’était ici qu’il avait perdu trop de choses. Quels quartiers de Londres lui montrer à part ceux où habitait Rose avant ? Quels endroits déroutants pourraient elles lui donner en dehors des lieux où il était déjà allé et ne voulait pas vraiment y retourner ? Ce désaccord, Ten ne pouvait pas le montrer. 
  
Avec minutie comme d’habitude, devant l’observatoire assidue de sa fille prête à tout retenir du premier coup, Ten enclencha les différents boutons, enclenchant la secousse habituelle secouant un peu. Ils arrivèrent un tiers de seconde plus tard – c’était le temps normal pour le Docteur dans ses connaissances sur la matière – dans le vortex du Temps, avant de subir un petit choc de l’atterrissage. Martha comprit ce que cela voulait dire.  
  
Comme dernier au-revoir, définitif cette fois-ci où aucun regret se lisait sur son visage, elle enlaça le Docteur. Donna la salua dans un sourire, la voyant s’en aller. L’enthousiasme de Jenny s’était amplifié, accompagnant son père à la sortie des portes du Tardis pour voir le départ de Martha. Jenny voulait clairement visiter l’endroit, sortant davantage après un autre adieu plus formel et moins explicite, se faisant arrêter par son père par la manche.  
  
-          Vu d’en haut, la Terre est plus belle, remarqua t’il doucement.  
  
Le regard de Jenny se pointa aussitôt dans ceux de son père, lui jetant un regard complice. Appréhendant mutuellement le message, ils se précipitèrent à l’intérieur.  
 
*** 
 
Jenny contemplait la planète bleue vu d’un point bien précis de l’univers. Un endroit bien particulier dans l’espace-temps où la Terre apparaissait en plus grand parmi des milliards de planètes de constellations différentes. Le Docteur savait leur nom, mais avait des connaissances plus approximatives sur la réalité effective à cette époque de leur voyage sur chacune d’elle. Ce n’était pas un endroit au hasard, cet étrange planétarium.  
  
C’était le seul endroit de tout l’univers entier, condensé dans un espace-temps bien précis comme assigné d’un point fixe, où toutes les planètes où les terriens allaient bouger dans le futur avaient été glorieusement répertoriées. Les détails étaient plus cruels que l’apparence, néanmoins, le Docteur avait laissé ça sous silence, Donna ne disant rien par rapport aux Oods. 
  
Jenny était heureuse, se cultivant de toute la beauté et de toutes les informations qu’elles pouvaient collecter. Son père lui avait promit par la suite de l’emmener véritablement voir la planète bleue d’en haut. Pour Donna, c’était un stratagème clair du Docteur d’exprimer des sujets douloureux indirectement. Ten de son côté en avait de plus en plus la certitude, si Gallifrey était resté debout, elle aurait fait partie de ses multiples planètes.  
  
-          C’est magnifique…tout un peuple qui va s’agrandir et traverser tout l’univers… 
  
-          Tout commencera par une base sur Mars, narra doucement Tenth Doctor en se servant de ses doigts pour agrandir la planète en question et l’avancer proche de la Terre. Un drame qui va pousser les humains à avancer dans l’univers. Après avoir été attaqué par des extraterrestres bien avant, des années durant, et d’être sauvé par l’un d’eux. Moi, ajouta t’il dans un sourire amusé. 
  
-          Attaqué par des extraterrestres bien avant ?  
  
-          Daleks. Cybermen, déclara plus froidement le Docteur dans une rancune absolument pas dissimilée, sa haine se percevant dans sa tonalité à l’énonciation des « Daleks ». Et plein d’autres, rajouta-t-il plus posément en soupirant.  
  
Jenny leva le regard vers son père, attentive, et s’attendant à la suite. Donna préféra ne rien dire. Il valait mieux que Tenth fasse cet effort presque impensable pour lui de lui dire en face.  
  
Avec ses doigts, vu que le lieu le permettait, rapidement, le Docteur lui montra le portait des deux ennemis en question : la drôle de pieuvre dans sa boîte sans émotion tuant tout ce qui n’était pas Dalek et les hommes de fer étant des cerveaux d’hommes dans une armure privé d’émotions et voulant convertir le monde entier comme eux. Il y avait aussi les Anges Pleureurs, mais rien n’était gardé sur eux. Une photo était meurtrière, un film était meurtrier. 
  
-          Papa…murmura Jenny davantage affolée brusquement.  
  
-          Ce sont mes ennemis, déclara le concerné doucement, posant sa main sur son épaule, se mettant ses lunettes noires pour détendre l’atmosphère. Depuis toujours. A cause d’eux, j’ai perdu tout ce qui m’était cher…il fit une moue pour se rattraper sur la question du pronom. Les Daleks. Les Daleks ont survécu et continue de m’arracher ce qui m’est cher.  
  
-          Survécu ?  
  
-          Il y a une Guerre, je t’en parlé légèrement, tu te souviens ? C’était une Guerre du Temps nous opposant contre les Daleks. Qui des Daleks ou des Seigneurs du Temps allaient régner en maître sur la réalité entière, faisant valoir leur loi sans limite ? Si c’étaient les Daleks qui gagnés, l’univers se serait éteint. N’aurait resté que des Daleks, sans pouvoir exterminer personne avoir tout mené dans les ténèbres. Alors, théoriquement, nous aurions dû gagner. Théoriquement seulement. Le Haut Conseil de Gallifrey, face à l’étendue de la Guerre et trop conformisme, a commencé à exploser les plombs. Ils sont devenus arrogants, n’hésitant pas à sacrifier le bas peuple. Même en remportant cette Guerre, l’univers aurait souffert, se serait déchiré…alors quelle solution était possible ? Un match nul. Anéantir les deux camps… 
  
Jenny l’avait écouté en retenant son souffle à chaque phrase supplémentaire. Elle avait appréhendé la raison de ce choix d’endroit particulier, et les conséquences des dires de son père. Elle l’observa, voulant renier la vérité en face d’elle :  
  
-          Tu… 
  
-          Oui, coupa Ten posément.  
  
En approuvant, en devinant sa question au préalable, il avait sous-entendu sa position de meurtrier contraint et obligé de Gallifrey. Mais le reste, le Docteur devait l’expliciter.  
  
-          Je n’ai prévenu personne de mes connaissances. Ni même ma famille. Je n’ai même pas cherché à sauver quelqu’un m’étant cher…j’ai su…décidé. Appuyé sur le bouton. Voir ma planète brûler. Chercher des raisons dans ma tête pour l’accepter, le digérer. Au final, je suis devenu quelqu’un de vengeur, méprisant envers les humains…puis j’ai changé…trop… 
  
-          …avant moi…tu avais une famille mais tu ne l’as plus… 
  
-          Oui. Et j’ai aussi perdu une compagne, profita de l’occasion offerte par la conversation Ten en soupirant en retirant ses lunettes, le regard de nouveau lointain. Coincée dans un monde parallèle. A cause de moi. Je l’aime…mais je n’ai pas réussi à lui dire, il avait sortit cette dernière phrase sous un choc émotionnel de la situation. 
  
Jenny, ayant comprit le fonctionnement du système informatique bien moderne, coupa rapidement les informations sur les deux créatures et chercha parmi les différentes planètes disponibles sa planète. Elle lança un regard complice sur son père, l’entraînant dans ses bras. Donna, éprise cette fois-ci de curiosité, s’avança, pour admirer la planète présente.  
  
Un sourire nostalgique et triste apparut sur les lèvres de Tenth Doctor. C’était la pire douleur qu’il pouvait recevoir de sa fille de revoir sa planète si vraie que nature. Pourtant, une joie remplaça toute la détresse se lisant sur ses traits, se mettant naturellement à traiter l’histoire de sa planète, leur montrer dans tous les recoins comment elle était en faisant des anecdotes plus ou moins amusantes de sa grande expérience et de quelques détails sur son enfance – après avoir reçu le Tardis en quelque sorte – Des éclats de rire alimentèrent l’ambiance générale.  
   
*** 
 
Le Docteur tenu, sans délais, sa promesse. Installé en position assisse, Jenny admirait la planète bleue, souriant à la vue des satellites visibles comme des petits points tournant en rond.  
Elle était fière de son père, d’avoir un paternel tel que lui. Elle savait ce qu’elle devait faire.  
  
-          J’ai envie d’en voir davantage…de sauver des planètes comme lui… 
  
Donna l’avait rejoint, tandis que Tenth s’occupait on ne savait pas trop quoi, apparemment habitué à voir en long en large en travers la Terre. Donna pointilla sa remarque d’un sourire.  
  
-          Oh tel père telle fille ~  
  
Jenny lui rendit le sourire. Après quelques minutes, la fille non-biologique rejoignit le Docteur, et ensemble, à trois, ils laissèrent le hasard guider leur prochaine destination.  
 
 


 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Avr 2014 - 07:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> Le Coin des artistes -> FanFics Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com