David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: Arts & Books - This happy Breed ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2013
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Duam78
Lady of the Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 2 739
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Mar 8 Oct 2013 - 08:32    Sujet du message: Arts & Books - This happy Breed Répondre en citant



Citation:


This happy breed: David Tennant and Greg Doran discuss their Shakespeare partnership

David Tennant and Greg Doran talk exclusively to Fiona Mountford
about their latest Shakespeare collaboration

by Fiona Mountford




In 2008, David Tennant and Gregory Doran, now the RSC’s Artistic Director, worked together on two highly praised Shakespeare productions, Hamlet and Love’s Labour’s Lost.

Tennant’s long relationship with the RSC stretches back to a production of As You Like It in 1996 and the pair collaborated for the first time in 1998, on a double bill of Black Comedy/The Real Inspector Hound in the West End. As they prepared for their third Shakespeare play together, Richard II, I caught up with them one lunchtime in the RSC’s south London rehearsal rooms.

Fiona Mountford: Why Richard II?

Gregory Doran: It’s a great lyric tragedy. On one level it’s a play about regime change, where people who think they have a God-given right to power attempt to cling on to that power beyond its sell-by date, so it has a great resonance [with current world events].

David Tennant: I saw [it] at drama school [and] was completely transported by it and by Derek Jacobi’s performance. It’s a play I have always loved.

FM: Why?

DT: Because it’s quite unknowable. There are no heroes and villains in it, just people trying their best and not managing to get on with their lives. These people happen to be ruling a country, which makes their shortcomings all the more grossly played out. I love the greyness of the moral lines.

GD: It’s all delivered in the most beautiful poetry [ever] written.

FM: I think the most haunting line from Shakespeare is from Richard II: “I wasted time, and now doth time waste me”…. What can you tell us about the production? Is it modern dress?

GD: No. [But though] it’s a play with a lot of jousts and horses and castles, we don’t want to drown it in a lot of heraldic embellishment. We want to make it appear that it’s elsewhere and elsewhen, but it’s nevertheless talking about now.

FM: I’ve just noticed, the two of you seem to be having the same packed lunch. Is it company issue?

DT: No, I wandered up the road for it.

FM: Can you do that without being hassled?

DT: Low-slung cap and a fast walk!

FM: How would you describe each other’s working methods?

GD: David has a natural facility with the language. The lines don’t sound like 400-year-old lines.

DT: You have a very good way of being genuinely collaborative and yet at the same time always being the captain of the ship.

GD: It’s because directing is tyranny masquerading as democracy! To begin with it can seem like a head-banging process, because [when I direct Shakespeare] we read [the play] round the table and nobody reads their own parts. So, for the whole first week David didn’t get to read Richard II. We [also] put it all into our own words.

DT: I was a very good Duchess of York.

GD: What it does is give the company a sense of investment, because we are all together working out what the play means.

FM: I should imagine that it’s pleasurable for both of you to know that people who might not otherwise see Shakespeare or even go to the theatre come because of David?

GD: I was criticised at the time of Hamlet, with people saying, “Oh yes, it’ll just be Doctor Who fans coming”. They said, “They’ll listen when David’s on but for the rest of the play they’ll be rustling their sweet papers”. What was absolutely palpably obvious was that that didn’t happen.

FM: I so enjoyed seeing lots of rapt young faces watching that production, even during that lengthy Act Four period when Hamlet is offstage.

GD: One of the challenges of taking over the reins at Stratford is “how do you make each play an event?”. The danger of Stratford, and the RSC doing 36 plays continually as the main staple of their work, is that somehow you get into the conveyor-belt mentality of “If it’s Tuesday it must be As You Like It”. That is why I’ve allowed a six-year cycle of all the plays [starting with Richard II] so that it gives us a chance to think ahead.

FM: David, do you feel that you need to prove yourself “live” after working so much in television?

DT: Theatre still feels like the day job to me. I just think that this is what I do and sometimes I go off and do bits of filming as well.

FM: If we might for a moment take a slightly wider view, there is the very real threat of further cuts to arts funding. Do you believe that the arts are increasingly under-valued in this country?

DT: I think we have to be very careful, because the arts are interconnected. There are some areas which need help in terms of national funding, but they, in turn, are connected on many levels to our film industry and our television industry. They all work as a piece. If you cut any bit of it you’re going to start starving the whole.

GD: If we starve those grassroots places where people are learning their trade then the whole ecology suffers, because you can’t just start at the RSC.

FM: This government seems peculiarly unwilling even to listen to the economic argument: for every £1 invested in the arts, £5 goes back to the Treasury.

DT: That’s the bit that baffles me, I agree. That feels like a very straightforward bit of maths.

FM: What do you both wish you’d known at the start of your careers that you know now?

GD: There’s no ladder. You think, “I see, you go there and then you go there” and then you realise that actually it doesn’t work like that and you can get way along in your career and discover that you’re still out of work for six months.

DT: I’d say something which almost means the same: “Nobody knows anything”. Everyone will tell you they know exactly how everything works, but nobody actually knows anything.

FM: David, unless I’m mistaken, Greg partly owes his job to you, because you were on the selection committee to choose the new Artistic Director at the RSC ….

DT: That was a bit weird. I was there at the interview.

GD: I bribed him!

DT: I declared that I might have some sort of conflict of interest.

GD: I thought, “Oh dear, I should have talked to David beforehand”, because he looked at me with this wan smile.

DT: I was very aware that I must be…

GD: …impartial

DT: Impartial is exactly the word. But in the end Greg won himself the job. If anything, I found myself going: “Let’s look at the others again! There may be an obvious winner here, but let’s go round the block one more time!”



Six of the best: David Tennant on stage and screen

Lobby Hero: Donmar Warehouse, 2002

In the theatre, he may be best known for tackling great Shakespearean roles, but his range is broad, as demonstrated by the acclaim he received for his relatively early performance as a feckless security guard in this play by American playwright Kenneth Lonergan.

Blackpool: BBC1, 2004

His first winning policeman role was as the quirky DI Peter Carlisle in this stylishly dark and innovative BBC part-musical, part-comedy, part-drama. It was also the performance that first introduced him to mainstream television audiences.

Doctor Who: BBC1, 2005-10

What is there left to say about Tennant as the Time Lord? Well, only that he was, for our money, the best of the three Doctors who have thus far graced the reboot, bringing just the right balance of light and shade to the role.

Hamlet: RSC, 2008

His was a witty and particularly hyperactive Prince of Denmark in Gregory Doran’s spot-on modern-dress production.

Much Ado About Nothing: Wyndham’s, 2011

Tennant shone as Benedick, one of Shakespeare’s feistiest lovers, beside Catherine Tate as Beatrice. His obvious relish of the verse and verbal sparring was a joy.

Broadchurch: ITV1, 2013

His thoughtful , moody work as tortured policeman DI Alec Hardy was set off perfectly by Olivia Colman’s more open performance as the down-to-earth DS Ellie Miller and their winning partnership saw the murder mystery become the must-watch television show of early 2013.


‘Richard II’ is at the Royal Shakespeare Theatre, Stratford-upon-Avon, from 10 Oct to 16 Nov (rsc.org.uk) and at the Barbican 9 Dec to 25 Jan (barbican.org.uk). It can be seen in a live cinema screening at various venues on 13 Nov



source


Citation:
En 2008 , David Tennant et Gregory Doran , maintenant directeur artistique de la RSC , ont travaillé ensemble sur deux productions de Shakespeare , Hamlet vantées et Lost Peines d'amour .

Relation de Tennant avec le RSC remonte à une production de Comme il vous plaira en 1996 et la paire collaboré pour la première fois en 1998 , sur un double projet de comédie noire / The Real Inspector Hound dans le West End . Alors qu'ils se préparaient pour leur troisième Shakespeare jouer ensemble , Richard II , je pris avec eux l'heure du déjeuner dans le sud de la SRC Londres des salles de répétition .

Fiona Mountford : Pourquoi Richard II ?

Gregory Doran : C'est une grande tragédie lyrique . À un certain niveau , c'est une pièce sur un changement de régime , où les gens qui pensent qu'ils ont un droit donné par Dieu à la tentative d'alimentation de s'accrocher à ce pouvoir au-delà de sa date de péremption , il a une grande résonance [ avec les événements mondiaux actuels ] .

David Tennant : J'ai vu [ il ] à ​​école d'art dramatique [ et ] été complètement transporté par elle et par la performance de Derek Jacobi . C'est un jeu que j'ai toujours aimé .

FM : Pourquoi?

DT : Parce que c'est tout à fait inconnaissable. Il n'y a pas de bons et de méchants dedans, juste des gens qui essaient de leur mieux et ne parvient pas à s'entendre avec leur vie . Ces personnes se trouvent être au pouvoir d'un pays , ce qui rend leurs défauts autant plus grossièrement joués . J'aime la grisaille des lignes morales .

GD : C'est le tout livré dans la plus belle poésie [ jamais ] écrite .

FM : Je pense que la ligne la plus obsédante de Shakespeare est de Richard II : « J'ai perdu du temps , et DOTH maintenant temps perdre moi " .... Que pouvez-vous nous dire à propos de la production ? Est-ce robe moderne ?

GD : Non [ Mais si ] c'est un jeu avec beaucoup de joutes et des chevaux et des châteaux , nous ne voulons pas de se noyer dans un grand nombre d'embellissement héraldique . Nous voulons faire croire que c'est ailleurs et un autre moment , mais c'est quand même parler maintenant .

FM : Je viens de m'apercevoir , vous deux semblent avoir le même panier-repas . Est-il question de l'entreprise ?

DT : Non, je me promenais sur la route pour lui .

FM : Pouvez-vous le faire sans se faire harceler ?

DT : cap surbaissé et une marche rapide !

FM : Comment décririez-vous les méthodes de travail des uns et des autres ?

GD : David a une facilité naturelle avec la langue . Les lignes ne sonnent pas comme 400 ans lignes .

DT : Vous avez une très bonne façon d'être véritablement collaborative et en même temps être toujours le capitaine du navire .

GD : C'est parce que diriger est la tyrannie déguisée en démocratie ! Pour commencer, il peut sembler comme un processus tête - banging , car [ quand je dirige Shakespeare ] nous lisons [ le jeu ] autour de la table et personne ne lit leurs propres pièces . Ainsi, pour toute la première semaine David n'a pas eu à lire Richard II . Nous [aussi] mettons tout dans nos propres mots.

DT : J'ai été une très bonne duchesse d'York .

GD : Ce qu'il fait , c'est de donner à la société un sens de l'investissement , parce que nous travaillons tous ensemble ce que signifie la pièce.

FM : Je dois imaginer que c'est agréable pour vous deux de savoir que les gens qui ne pourraient pas voir autrement Shakespeare ou même aller au théâtre viennent à cause de David ?

GD : J'ai été critiqué au moment de Hamlet , avec les gens disent: « Oh oui , ce sera juste Doctor Who fans de venir " . Ils ont dit , " Ils vont écouter quand la sur de David , mais pour le reste du jeu ils vont être bruissait leurs papiers de bonbons " . Ce qui était absolument palpable évidente est que ce n'est pas arrivé .

FM : Je le apprécié de voir beaucoup de rapt de jeunes visages qui regardent que la production , même au cours de cette longue période Act Four quand Hamlet est hors de la scène .

GD : L'un des défis de prendre les rênes de Stratford est " comment faites-vous chaque jouent un événement? ». Le danger de Stratford , et le RSC faire 36 jeux sans cesse comme le principal aliment de base de leur travail , est en quelque sorte que vous obtenez dans la mentalité de bandes transporteuses de " Si c'est mardi , il doit être Comme il vous plaira " . C'est pourquoi j'ai permis un cycle de six ans de toutes les pièces [ commençant par Richard II ] de sorte qu'il nous donne une chance de penser à l'avenir .

FM : David , pensez-vous que vous devez prouver que vous êtes «en direct» après avoir travaillé tant à la télévision ?

DT : Théâtre se sent encore comme la journée de travail pour moi. Je pense juste que c'est ce que je fais et parfois je pars et fais des morceaux de tournage ainsi .

FM : Si nous pourrions un instant avoir une vision un peu plus large , il est très réelle menace de nouvelles compressions dans le financement des arts . Croyez-vous que les arts sont de plus en plus sous- évalués dans ce pays ?

DT : Je pense que nous devons être très prudents , parce que les arts sont interconnectés. Il ya certains domaines qui ont besoin d'aide en termes de financement national , mais , à leur tour , sont reliés à plusieurs niveaux pour notre industrie du film et de notre industrie de la télévision . Ils travaillent tous comme une pièce . Si vous coupez une peu de lui, vous allez commencer à mourir de faim tout .

GD : Si nous affamer les lieux de base où les gens apprennent leur métier puis l'ensemble écologie souffre , parce que vous ne pouvez pas démarrer à la SRC .

FM : Le gouvernement semble particulièrement réticents même à entendre l'argument économique : pour chaque £ 1 investi dans les arts , £ 5 remonte au Trésor .

DT : C'est le morceau qui me déconcerte , je suis d'accord . Cela se sent comme un peu très simple de maths.

FM : Qu'est-ce que vous voulez tant que vous connu au début de votre carrière que vous savez maintenant ?

GD : Il n'y a pas échelle . Vous pensez: « Je vois , vous y allez et vous allez là-bas », puis vous vous rendez compte que effectivement il ne fonctionne pas comme ça et vous pouvez obtenir long de votre carrière et de découvrir que vous êtes toujours sans emploi pendant six mois .

DT : Je dirais quelque chose qui signifie à peu près la même : " Personne ne sait rien " . Tout le monde va vous dire qu'ils savent exactement comment tout fonctionne , mais personne ne sait quoi que ce soit .

FM : David , si je ne m'abuse , Greg doit en partie son travail pour vous , parce que vous étiez sur le comité de sélection pour choisir le nouveau directeur artistique de la RSC ....

DT : C'est un peu bizarre . J'étais là lors de l'entrevue .

GD : Je l'ai soudoyé !

DT : Je déclare que je pourrais avoir une sorte de conflit d'intérêts .

GD : J'ai pensé , " Oh , j'aurais parlé à David préalable " , car il m'a regardé avec ce sourire blême .

DT : Je suis très conscient que je dois être ...

GD : ... impartial

DT : Impartial est exactement le mot . Mais en fin de Greg lui a gagné le travail . Si quoi que ce soit , je me suis retrouvé en cours : " Regardons les autres encore ! Il peut y avoir un gagnant évident ici , mais nous allons faire le tour du bloc une fois de plus ! "



[ u ] [ b ] Six des meilleurs : David Tennant sur ​​scène et l'écran [ / b ] [ / u ]

[ i ] [ b ] Lobby Hero: Donmar Warehouse , 2002 [ / b ] [ / i ]

Au théâtre, il peut être mieux connu pour la lutte contre les grands rôles shakespeariens , mais sa gamme est large, comme en témoigne le succès qu'il a reçu pour sa performance relativement tôt comme un garde de sécurité irresponsable dans cette pièce du dramaturge américain Kenneth Lonergan .

[ i ] [ b ] Blackpool : BBC1 , 2004 [ / b ] [ / i ]

Sa première gagnante rôle policier était aussi l'excentrique DI Peter Carlisle dans cette partie de la BBC - musical , mi- comédie, mi- drame style sombre et innovante . C'était aussi la performance qui lui a présenté la première de téléspectateurs ordinaires.

[ i ] [ b ] Doctor Who: BBC1 , 2005-10 [ / b ] [ / i ]

Quel est -il à dire à propos de Tennant comme le Seigneur du Temps ? Eh bien, seulement qu'il était , pour notre argent , le meilleur des trois médecins qui ont jusqu'ici honoré le redémarrage , ce qui porte le juste équilibre de la lumière et de l'ombre au rôle .

[ i ] [ b ] Hamlet : RSC , 2008 [ / b ] [ / i ]

Son était un prince plein d'esprit et surtout hyperactif du Danemark dans le spot-on de Gregory Doran production moderne - robe .

[ i ] [ b ] Much Ado About Nothing : Wyndham de 2011 [ / b ] [ / i ]

Tennant a brillé comme Benedick , l'un des feistiest amoureux de Shakespeare , à côté de Catherine Tate comme Beatrice . Son goût évident de ce verset et de la joute était une joie .

[ i ] [ b ] Broadchurch : ITV1 , 2013 [ / b ] [ / i ]

Son sérieux, travail déprimé comme policier tourmenté DI Alec Hardy a été déclenchée à la perfection par des performances plus ouvert d'Olivia Colman comme la DS Ellie Miller bas -à- terre et de leur partenariat gagnant vit le mystère de assassiner devenir l'émission de télévision must - montre de début 2013 .


[ i ] « Richard II » est à la Royal Shakespeare Theatre , Stratford-upon- Avon , à partir de 10 octobre-16 novembre ( rsc.org.uk ) et au Barbican 9 décembre-25 janvier ( barbican.org.uk ) . Il peut être vu dans une projection de cinéma en direct à divers endroits Le 13 nov. [ / i ]

_________________

Merci Circus Doll pour l'avatar
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 8 Oct 2013 - 08:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2013 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com