David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: The Times - Broadchurch (avec traduction) ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2013 -> Broadchurch - Presse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
isaf
Tennant Encyclopedia

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 1 261
Localisation: Lausanne

MessagePosté le: Sam 23 Fév 2013 - 10:04    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant

The Times - David Tennant talks about Broadchurch



 





David Tennant Interview - The Times, 23rd February 2013

David Tennant talks to Lydia Slater about nappies, boxed sets and why he's still a geek at heart.

“Look at this!” says David Tennant ecstatically, waving a slice of chocolate cake at me and insisting I have some too. “You don’t get this at the BBC!”

It’s quite a shock to find him so transformed. I have just been watching him playing granite-featured Detective Inspector Alec Hardy — a man who can gaze at the corpse of a child without a flicker of emotion.

Tennant, in person a much cheerier soul, takes the lead in Broadchurch, ITV’s answer to The Killing. The drama series follows the disintegration of a close-knit seaside community after the mysterious death of a little boy.

Much of the tension stems from the friction between Tennant’s enigmatic character and DS Ellie Miller, played brilliantly by Olivia Colman, a dissolving marshmallow of pity as she attempts to cope with the murder of her young son’s best friend. Needless to say, the ill-matched colleagues don’t hit it off. But in real life, Colman says, Tennant is “the nicest man in the world”.

“I’m very glad she says that,” says Tennant, blushing, when I relay this to him. “Of course I’m not.” Well, perhaps there are a couple of even nicer chaps out there, but it is remarkable that, even though he inhabits the frequently bitchy world of showbiz, there seems to be no one who has a bad word to say about him.

Despite his fame, he remains polite, chatty and self-deprecating. “I was well brought-up,” he explains with a laugh. He’s also universally hailed as a great actor, having carried off roles as diverse as Casanova, Hamlet, Benedick, Barty Crouch Jr in Harry Potter, and, er, harassed teacher Mr Peterson in Nativity 2 (yes, I’ve got small children).

So it seems a bit of a shame that there is now only one role with which he will forever be associated — although he clearly doesn’t mind that enough to stop looking and dressing like the tenth Dr Who. Today, for instance, in a meeting room at ITV, he is wearing a stripy T-shirt, clingy tweed trousers, highly-polished tan brogues and spotty Paul Smith socks on his bony ankles. His brown hair is sticking out in all directions, his eyes boggle and he twitches with nervous energy. Frankly, he could have stepped straight out of his Tardis. It’s just that he speaks in a Scottish accent rather than an Estuary one.

It was as a little boy, watching Peter Davison playing the Time Lord, that Tennant famously realised he wanted to do the same. After he landed the part in 2005, he was quoted as saying he’d be the Doctor forever. Five years later, he left. “Suddenly to be in a world where it feels like everyone is staring at you takes a bit of getting used to. You have to keep questioning whether it’s worth it. It’s not a bad thing — it’s a huge privilege — but it also feels like a bit of a responsibility.”

Besides, he owed it to his childhood ambitions, he says, not to lose his enthusiasm for the role. “I thought I should go out while I’d still miss it, rather than stay on until the thought of squeezing myself into a tight suit and running around and shouting and saving the world felt like a bit of a drag. I wanted it to be a special thing I had this wonderful treat of being asked to do.”

He’s kept some of Dr Who’s suits and, of course, his Sonic Screwdriver. “It doesn’t do nearly as much as the toy ones you can buy. They make their own noise. Mine just lights up and slides up and down.”

Tennant still watches the show and raves about Matt Smith’s “mercurial madness”. But he is clearly glad to have moved on. The day after we meet, he is due to start filming The Escape Artist, a legal thriller for the BBC. Then, in August, he takes on Richard II in the RSC’s new production, a role he has always longed to play. “He’s an incredible character who’s a total t*** in some ways, but you end up feeling very sympathetic towards him,” he explains.

Theatre, he says, is his “proper job” and filming is a sabbatical — but he finds theatre terrifying, “to the point where, every time I do a play, I say to myself, at the five minute call when there’s no going back: ‘Never do this again. This is stupid! Stupid, stupid, stupid! It would be better to work in a shop. This is horrible!’

“I think every actor that goes on stage is a lot closer to never being able to do it again than you might imagine,” he concludes. His stage fright tends to wear off after the first few performances, “but you still have some nights when your brain is telling you you’re about to forget the next bit”.

He relaxes before going on stage by playing music and, somewhat less appealingly, by farting. “It’s a breathing thing,” he explains. “If you do lots of breathing exercises, you’re pushing down with your diaphragm. It does feel like a release, I find, a good old fart before you do anything.”

Otherwise, he eschews the good-luck rituals beloved of many of his thespian comrades. “I’m rampantly anti-superstitious,” he says. “If I find myself developing them, I’ll run from them.” I suspect this is down to his upbringing: his father, Sandy McDonald, was a Church of Scotland minister, and David grew up with his brother and sister in a manse in Paisley.

He was a swotty child. “I still am a geek,” he says defiantly. “I don’t think there’s anything wrong with it. I see no shame in having an unhealthy obsession with something. As a kid, it was Dr Who and superheroes, then I became a record nerd.” He scoured the Paisley charity shops looking for bolero jackets and paisley shirts so he could emulate his idol, Jim Kerr of Simple Minds.

“I did get punched in the face once for being a weirdo,” he admits.

At 17, he joined the Royal Scottish Academy of Music and Drama. As there was already a David McDonald in Equity, he chose a stage name in homage to Neil Tennant of the Pet Shop Boys. Didn’t the girls spot his heart-throb potential? “God no. Never. Not at all. I had my first kiss around the age of ten, but then there was a long drought. As soon as adolescence arrived, I was frozen. I’ve never felt that was a side of life I was particularly accomplished at,” he says.

This is rather odd, given that he has the reputation of cutting a swath through his leading ladies. He dated Sophia Myles for several years after they appeared together on Dr Who. Now Tennant is married to Georgia Moffett — who is the daughter of the ex-Time Lord Peter Davison, and who, to compound the weirdness, he met when she played his cloned daughter in a Dr Who storyline in 2008.

The couple celebrated their marriage on New Year’s Eve, 2011, at the Globe Theatre in a glamorous knees-up attended by Stephen Fry, Derren Brown, Sir Patrick Stewart and Gordon Brown. Tennant has adopted his wife’s 11-year-old son, Ty, who is from a previous relationship, and they have a daughter, Olive, who is nearly two. Now Moffett is pregnant with another baby. Tennant is reluctant to discuss this, but says he’s looking forward to its arrival. Does he change nappies? “Oh stop it,” he says. “Of course I change nappies.”

The family live in West London and, when he’s not working, Tennant enjoys hanging out at home. “I’ve got three boxed sets on the go at the moment, which is bad practice because they drift,” he confesses. “I’m two thirds of the way through Damages, season three, and I’m also watching the American Office, season four. And I’ve got Game of Thrones. I watched the first series of The Killing, which I enjoyed, though it probably didn’t need to be 20 episodes long. I wish I had the time to read more books.”

He also enjoys cooking. “Jamie’s quite hard to beat because it’s all very clear. I like to keep trying new recipes. At Christmas I got very interested in an oxtail recipe and spent a long time refining it, using a finer cut of beef but cooking it with oxtail for the sauce.” Otherwise, he doesn’t really have any hobbies, he says. “I’d like to garden, but I don’t. My dad is great at it, so if he’s down he does a lot of strolling up and down telling me what to plant and tying up the tomatoes. I rely on his visits.

“I get less sociable as I get older,” he says, “and more inclined to go into my bunker. It’s lovely to have people round but not leave the womb. It’s too much hassle.”

Sounds like a Tardis might come in handy after all.

David Tennant’s perfect weekend
Theatre trip or crash in front of the TV? Theatre trip
Slippers or loafers? Slippers
City or country? City
Bowie or Beethoven? Both
Michelin-starred food or local pub? Michelin-starred food
Personal trainer or Pilates? Personal trainer
Ski or sun? Sun
Novel or autobiography? Autobiography
Soya skinny latté or builders? Black coffee
E-mail or snail mail? E-mail
I can’t get through the weekend without... Sleep
 


 



source

Citation:



David Tennant parle avec Lydia Slater de couches-culottes, coffrets DVD et pourquoi il reste un Geek au fond de lui-même

"Regardez ça!" dit David Tennant gaiement, agitant une tranche de gâteau au chocolat devant moi et insistant pour que j’en prenne une aussi. "Vous ne recevez pas ça à la BBC"!
C’est plutôt un choc de le découvrir si transformé. Je viens juste de le regarder jouer cet enquêteur dur comme un roc, l’inspecteur Alec Hardy — un homme qui peut regarder le cadavre d’un enfant sans montrer la moindre étincelle d’émotion.
David Tennant, en personne est une âme plus chaleureuse, il joue le premier rôle dand Broadchurch, la réponse d’ITV à "The Killing" [Série policière suédoise]. La série suit la désintégration d’une communauté très unie de bord de mer après la mort mystérieuse d’un petit garçon.
Une grande partie de la tension provient des frictions entre l’énigmatique personnage joué par David Tennant et la sergent Ellie Miller, brillamment interprétée par Olivia Colman, dégoulinante de pitié, alors qu’elle tente de faire face au meurtre du meilleur ami de son fils . Il va sans dire que les collègues mal assortis ne s’entendent pas. Mais dans la vraie vie, Olivia Colman dit que David Tennant est "l’homme le plus gentil au monde".

"Je suis très content qu’elle dise cela", dit Tennant, qui rougit, quand je lui en fais part. "Bien sûr que je ne le suis pas." Eh bien, peut être qu’il y a quelques types encore plus sympa ailleurs, mais cela semble vraiment incroyable de ne trouver personne pour dire du mal de lui, alors qu’il fréquente le monde sans-pitié du showbiz.

Malgré sa célébrité, il reste poli, volubile, auto critique. "J’ai bien été élevé", explique t’il en riant. Il est aussi universellement reconnu comme étant un grand acteur, ayant décroché des rôles aussi divers que Casanova, Hamlet, Benedick, Barty Crouch Jr dans Harry Potter, et, l’instituteur harcelé, Mr Peterson dans Nativity 2 (Oui, j’ai des jeunes enfants).

Il me semble donc dommage qu’il n’y ait à ce jour qu’un seul rôle auquel il sera à jamais associé. — Même si, manifestement ça ne le dérange suffisamment pas pour arrêter de s’habiller de manière à ressembler au dixième Docteur. Aujourd’hui, par exemple, dans une salle de réunion d’ITV, il porte un T-shirt à rayures, un pantalon moulant en Tweed, des chaussures Richelieu brunes bien cirée et des chaussettes Paul Smith à pois sur ses chevilles anguleuses. Ses cheveux bruns pointent dans tous les sens, ses yeux sont écarquillés et il s’agite nerveusement. Franchement, il pourrait avoir surgi tout droit de son Tardis. Sauf qu'il parle avec un accent écossais plutôt qu’avec un accent londonien.

C’était quand il était petit garçon, en regardant Peter Davison jouer le Seigneur du temps, que David Tennant, pour reprendre un fait célèbre, à réalisé qu’il voulait faire pareil. Après qu’il ait décroché le rôle en 2005, il aurait déclaré qu’il serait le Docteur pour toujours. Cinq ans plus tard, il partait. "Être tout à coup dans un monde où vous avez l’impression que tout le monde vous observe, cela prend un peu de temps pour s'y habituer. Vous devez continuer à vous demander si cela en vaut la peine. Ce n’est pas une mauvaise chose — C’est un énorme privilège — Mais cela donne aussi l’impression d’avoir une responsabilité."

De plus, il ajoute que c'est grâce à ses ambitions d’enfance, qu'il n'a pas perdu son enthousiasme pour le rôle. "J’ai pensé que je devais m’en aller tant que cela me manquerait encore, plutôt que de rester jusqu’à être dégouté par la pensée de me glisser dans un costume ajusté et de courir partout , et de crier, et de sauver le monde. Je voulais que ce merveilleux cadeau qui m’a été fait, de jouer ce rôle, soit quelque chose de spécial."

Il a gardé des costumes du Docteur et, bien sûr, son tournevis sonique. "Il ne fait pas autant de choses que le jouet que vous pouvez acheter. Ils ont leur propre son. Le mien ne fait que s’allumer et glisser de haut en bas."

David Tennant regarde toujours la série et fait l’éloge de la "folie lunatique" de Matt Smith. Mais il est visiblement content d’avoir tourné la page. Le lendemain de notre entretien, il va commencer à tourner "The Escape Artist", un thriller juridique pour la BBC. Ensuite, au mois d'Août, il reprend le rôle de Richard II dans la nouvelle production de la RSC, un rôle qu’il a toujours voulu jouer. "C’est un personnage incroyable qui agit comme un gros crétin d’une certaine manière, mais vous finissez par ressentir de la sympathie envers lui," explique t'il.

Le théâtre, dit- il, est son "vrai métier" et tourner, c’est des vacances — mais il trouve le théâtre terrifiant, "à tel point qu'à chaque fois que je joue dans une pièce, je me dis à cinq minutes de l’appel, quand il n’y a plus de retour en arrière possible : "Je ne dois plus jamais faire ça. C’est stupide! Stupide, stupide, stupide! Ce serait mieux de travailler dans un magasin. C’est horrible!"

"Je crois que chaque acteur qui monte sur scène est bien plus proche de ne jamais être capable de le refaire que vous ne pourriez l’imaginer," conclut ‘il. Son trac a tendance à disparaître après quelques représentations, "mais vous avez encore des moments quand votre cerveau vous dit que vous êtes sur le point d’oublier la réplique qui suit."

Il se détend avant de monter sur scène en jouant de la musique et, ce qui est légèrement moins attrayant, en lâchant des gazes. "C’est un truc de respiration," explique t’il. "Si vous faites beaucoup d’exercices de respirations, vous appuyez sur votre diaphragme. Ça donne une impression de soulagement, je trouve, un bon vieux vent avant de faire quoique ce soit."

Au contraire, il évite les rituels de bonne chance préférés par ses compagnons de théâtre. "Je suis totalement anti-superstition," dit-il. "S'il m’arrive de commencer à en avoir, je les fuis." Je soupçonne que c’est lié à son éducation : Son père, Sandy McDonald, était ministre du culte de l’Église d’Écosse et David a grandi avec son frère et sa soeur dans un presbytère à Paisley.

Gamin, il était un intello. "Je suis toujours un geek," dit-il sur un ton de défi. "Je ne pense pas qu’il y a quelque chose de mal à ça". Je ne vois aucune honte à avoir une obsession malsaine de quelque chose. Quand j’étais gamin, c’était Doctor Who et les super héros, puis je suis devenu un maniaque de musique." Il fouillait les boutiques de bienfaisance de Paisley à la recherche de vestes boléro et de chemises en cachemire, ainsi il pouvait imiter son idole, Jim Kerr de Simple Minds.

"Une fois, j’ai reçu un poing dans la figure parce que j’étais un mec bizarre", avoue t’il.

A 17 ans, il a rejoint la Royal Scottish Academy de musique et de théâtre. Comme il y avait déjà un David McDonald inscrit au Syndicat des acteurs (Equity), il choisit son nom de scène en hommage à Neil Tennant des Pet Shop Boys. Les filles n’avaient pas repéré son potentiel à faire frémir les coeurs ? "Mon dieu, non. Jamais. Pas du tout. J’ai eu mon premier baiser vers l’âge de 10 ans,
Mais après, il y a eu une longue période d’austérité. Aussitôt que l’adolescence est arrivée, j’ai été comme tétanisé. Je n’ai jamais eu l’impression que je maîtrisais spécialement cet aspect de la vie," dit-il.

C’est plutôt curieux, étant donné qu’il a la réputation de faire des ravages parmi ses partenaires féminines. Il est sorti avec Sophia Myles pendant plusieurs années après qu’ils soient apparus tous les deux dans Dr Who. Maintenant David Tennant est marié à Georgia Moffett — Qui est la fille de l’ex-seigneur du temps Peter Davison, et qu’il, pour pousser plus loin la bizarrerie, a rencontrée quand elle a joué sa fille clonée dans une histoire de Dr Who en 2008.

Le couple a célèbré leur mariage la veille de la St Sylvestre 2011, avec une réception très glamour au Théâtre du Globe à laquelle ont assisté Stephen Fry, Derren Brown, Sir Patrick Stewart et Gordon Brown. Tennant a adopté le fils de sa femme agé de 11 ans, Ty, qui est issu d’une précédente relation, et ils ont une fille, Olive, qui a presque deux ans. Maintenant Moffett est enceinte d’un autre bébé. Tennant est réticent à en parler, mais il dit qu’il se réjouit de sa venue. Change-t-il les couches? "Oh arrêtez," dit-il. "Bien sûr que je change les couches !"

La famille vit dans l’Ouest de Londres et, quand il ne travaille pas, Tennant aime passer du temps à la maison. "J’ai trois coffrets DVD en cours en ce moment, ce qui est une mauvaise façon de procéder parce qu’ils s’entassent" confie t'il. "Je suis au 2/3 de la saison 3 de Damages, et je regarde aussi la version américaine de "The office", saison 4. Et j’ai Game of Thrones (Le trône de fer). J’ai regardé la première saison de "The Killing", que j’ai appréciée, même si ça n’avait probablement pas besoin de durer 20 épisodes. Je souhaiterais avoir le temps de lire plus de livres."

Il apprécie aussi de cuisiner. "Jamie Oliver est assez dur à battre parce que ça a l’air limpide avec lui." J’aime essayer de nouvelles recettes. A Noël, je me suis beaucoup intéressé à une recette de queue de bœuf et j’ai passé beaucoup de temps à l’affiner, j’ai utilisé un morceau de bœuf de meilleur catégorie mais je l’ai cuit avec de la queue de bœuf pour la sauce." Sinon, il n’a pas vraiment d’autre passe-temps, dit-il. "J’aimerais jardiner, mais je ne le fais pas. Mon père est très bon à cela, quand il vient, il se promène beaucoup en me disant quoi planter et de fixer les tomates. Je compte sur ses visites."

"Je deviens moins social en vieillissant," dit-il, "et suis plus enclin à m’isoler. C'est sympa de voir des gens mais ça l'est moins de quitter la maison. C’est trop de soucis.”

Il semble qu’un TARDIS pourrait s’avérer utile après tout.

Le weekend parfait de David Tennant :
Une virée au théâtre ou écroulé devant la télé ? Une virée au théâtre.
Pantoufles ou mocassins ? Pantoufles.
La ville ou la campagne ? La ville.
Bowie ou Beethoven? Les deux.
Restaurant étoilé ou le pub du coin ? Restaurant étoilé.
Coach personnel ou méthode Pilates ? Coach personnel.
Ski ou soleil ? Soleil.
Roman ou autobiographie ? Autobiographie.
Un petit café au lait de soja ou un grand café bien fort ? Café noir.
Courrier électronique ou courrier postal ordinaire ? Courrier électronique.
Je ne peux pas passer le weekend sans…dormir.
 


 


Traduction par rose1978
Relecture par Isaf
© The Times, 2013,toute reproduction, partielle ou complète, est interdite sans autorisation des Webmasters

_________________


Un grand grand MERCI à Duam78!!!!
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Fév 2013 - 10:04    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
isaf
Tennant Encyclopedia

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 1 261
Localisation: Lausanne

MessagePosté le: Dim 21 Avr 2013 - 12:08    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant



Traduction de l'article postée!
Merci à rose1978

_________________


Un grand grand MERCI à Duam78!!!!
Revenir en haut
cecilouette
Adorateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2011
Messages: 277
Localisation: Finistère sud mais j'aimerai mieux l'Ecosse

MessagePosté le: Dim 21 Avr 2013 - 14:41    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant

Merci Rose1978 et Isaf !
_________________
>Mon forum sur l'Ecosse<
>Mes balades<

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
rose1978
RTC Helpers

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2013
Messages: 712
Localisation: (Belgique pluvieuse donc pour le même prix je préfèrerais Londres

MessagePosté le: Lun 22 Avr 2013 - 15:32    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant

cecilouette a écrit:

Merci Rose1978 et Isaf !

isaf a écrit:

 
Merci à rose1978


Merci Cecilouette, un grand merci également à Isaf qui a traduit deux phrases ainsi qu'à IDW2G, pour m'avoir toutes les deux rassurée que j'étais sur la bonne voie quand je doutais.
_________________
God save the Tennant
Revenir en haut
Angel
Rédacteurs

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2012
Messages: 1 011
Localisation: Sur l'épaule de Campbell

MessagePosté le: Lun 22 Avr 2013 - 18:33    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant

Merci à Rose, Isaf et Idwy pour la traduction

J'avoue que c'est quand même l'interview de David que j'ai lue où je me suis le plus marrée XD Et c'est drôle mais j'ai l'impression de me reconnaître là :

Citation:
Gamin, il était un intello. "Je suis toujours un geek," dit-il sur un ton de défi. "Je ne pense pas qu’il y a quelque chose de mal à ça". Je ne vois aucune honte à avoir une obsession malsaine de quelque chose. Quand j’étais gamin, c’était Doctor Who et les super héros, puis je suis devenu un maniaque de musique." Il fouillait les boutiques de bienfaisance de Paisley à la recherche de vestes boléro et de chemises en cachemire, ainsi il pouvait imiter son idole, Jim Kerr de Simple Minds.


On remplace Jim Kerr par le Docteur et les super héros par Harry Potter, et c'est bon, c'est tout moi XD
_________________
Je suis L, G, B et T en même temps. Je suis l'arc-en-ciel complet des pull-overs de Campbell. Ice Tea Foot et prend une bière.
Revenir en haut
Pilla
Fan en devenir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2012
Messages: 46
Localisation: QQue part en Rhônes-Alpes

MessagePosté le: Sam 27 Avr 2013 - 11:39    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant

Super article!! un régal à lire!!! merci pour la traduction !! 




Je te rejoins là dessus  Angel ^^  !!  Mr. Green
 
Citation:
 On remplace Jim Kerr par le Docteur et les super héros par Harry Potter, et c'est bon, c'est tout moi XD


Revenir en haut
Djudju
Fan en devenir

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2013
Messages: 31
Localisation: Alpes de haute provence/Bouche-du-Rhone

MessagePosté le: Jeu 2 Mai 2013 - 16:16    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction) Répondre en citant

 génial l'interview XD j'ai énormément rit et sourit :') même quand on lit ses interview il arrive à être toujours trop mignon x'3
_________________
Can I ruffle your hair too ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:31    Sujet du message: The Times - Broadchurch (avec traduction)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2013 -> Broadchurch - Presse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com