David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: London Evening Standard - Getting to know you: Will Self and David Tennant (avec traduction) ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2012
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Duam78
Lady of the Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 2 759
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Jeu 5 Avr 2012 - 14:18    Sujet du message: London Evening Standard - Getting to know you: Will Self and David Tennant (avec traduction) Répondre en citant


Getting to know you:
Will Self and David Tennant




source



Citation:
Will Self and David Tennant have much in common: a love of sci-fi, an artful embracing of the English language and a dyspeptic dislike of fools. When Sky Arts cast Tennant as the lead in The Minor Character, Self’s screenwriting debut about a riled artist observing the decay of an uncomfortable social circle, it seemed the inevitable result of a long friendship forged in some celebrity lounge somewhere.

So we were shocked to hear that the two of them had barely spoken before. We decided to play matchmaker, gathering them in the basement of the Fitzroy Tavern on Charlotte Street. This proved a partial success – see their comments on drinking, overleaf – but as we left we felt safe in the knowledge that a new creative friendship had been forged. Their first date was obviously the start of a very beautiful thing and we are looking forward to their version of Lolita, adapted by Self, also starring Tennant. At least, that’s how we understood the conversation…

ON WRITING AND ACTING


ES So you worked on The Minor Character together but you didn’t meet?

DT We only met on the last day of the shoot.

WS Yeah, I just popped in to say hello and to thank David for doing it because nobody has ever made anything I’ve written before.

ES It seems odd you’ve never met; don’t you like each other’s work?

WS I’ve seen David on stage and he’s a tremendously lucid actor. Particularly in his Shakespeare acting and that is enormously appealing. It helps to look so fantastically clean-cut and have crystal-clear diction, but it also helps to be, dare I say it, an intelligent actor. Because, with the best will in the world, did you see Michael Fassbender playing Jung in A Dangerous Method?

DT [carefully] I know the film you mean.

WS Well, quite clearly he’s never even read the Wikipedia stuff on Jung. So he’s playing the founding father of psychoanalysis and he clearly doesn’t know anything about it… just ‘mumble mumble’. Dave is not that kind of actor. [Both burst into laughter.]

ES Which Shakespeare did you see?

WS I’ve seen your Omelet. What a lot of people don’t appreciate with Omelet is how tricky it is.

DT How many eggs it takes…

WS I have to say, I’ve seen a few Omelets in my time and some Omelets you really don’t want to be going near, particularly the fourth act.

DT [batting the compliment away] What I’ve always loved about Will is I’m a sucker for when language takes flight and I love his choice of extraordinary words and the poetry of that. It’s very rare to have a writer whose voice is so recognisable, in modern times.

WS Most people hate that, of course. Review after review will say, ‘He’s incapable of writing anything that doesn’t have his voice in it.’

DT Why would you…?

WS People like prose to be technical. They like it to do a job. They don’t want to be confronted.

ON DINNER PARTIES

ES What’s The Minor Character about?


WS It is a satire on middle-class, middle-aged urbanites and on the alienation I basically live in the whole time. This world where you don’t see old friends for a year but you go on this round of dinner parties where you see somebody at a lunch party and then you might see them at a bigger party and then suddenly they’re part of your circle and, in fact, you don’t know anything about them.

ES Do you feel alienated at dinner parties, too, or is that yet to come?

DT I mean, there are things I can identify with whether or not it’s quite the version of events I recognise – you know, the collection of friends overlapping and coming and going. But I quite like to cook – although I like the time and space and the solitude to be able to get it right and I will follow a recipe sort of religiously so that I know it will be OK. Do you cook?

WS I can cook, but I don’t tend to because my perfectionism gets in the way. It’s stressful for me. Because I don’t drink I get really bored at dinner parties. I don’t mind people drinking as long as they aren’t falling over, otherwise I’m off.

DT You want to go to bed at half ten.

WS When my wife and her friends get dug in they’ll be there until one in the morning. I’m like, “What the f*** have you got to talk about?” They’ve known each other for years.

DT Do you leave them to it?

WS I go to bed.

DT Yeah. Good.

WS Go read a book about people at dinner parties.

DT Or write about them.

WS Dinner parties should be 90 minutes [laughter]. Lunch: 25 minutes. Coffee: five minutes. I don’t really like food much.

DT That’s sort of the point of the dinner party.

WS I don’t dislike it but the sort of the fetishisation around it...

ES to DT Do you drink? I don’t mean, are you an alcoholic, but...

DT I’m not a teetotaller but I’m quite a cheap date.

WS [possibly now that we’re talking about alcohol] Are your folks still in Paisley?

DT My dad is, yeah. And my sister.

WS I’m married to a Scot.

DT Where from?

WS Motherwell.

DT Oh Jesus. Is she quite hard?

WS She’s f***ing hard! She’s seriously tough. You don’t argue with her. [They both laugh.]
ON FANTASY

ES You’re both into sci-fi, aren’t you?

WS Almost every time I publish a book there’s quite a well-known sci-fi website that puts up a thing saying, ‘Finally, it no longer can be denied that Will Self is a science-fiction writer.’ As if I’ve been...

DT Raging against it!

WS What’s interesting about genre writing is that – I mean, this is not to claim this of my own work – but if it’s any good, it kind of transcends the genre.

ES Why I asked is Mark Gatiss says there’s a lot of crossover with gay people and science fiction because it’s about a place to go that’s other when you’re feeling very complex about yourself, particularly as a child and adolescent.

WS Is he gay, Mark Gatiss?

ES Famously so. I’m not outing him.

WS Sherlock is absolutely to die for but I never got on with The League of Gentlemen.

DT Oh, I loved it.

WS What am I missing? Do you have to be brought up in the sticks? [More laughter.]

DT You have to be a little bit normal...

ES But I was wondering if – because you both like sci-fi – either of you recognise that outsider thing.

WS I’m sure that’s right and I think his theory is pretty good. I think it needn’t necessarily be gayness. I’m pretty gay.

DT It’s true that science-fiction kids are not usually the football-playing kids, are they? Probably there’s a pie chart with gay kids in there somewhere – I don’t know how that would divide up. I was certainly not one of the football-playing kids and I enjoyed fantasy worlds, but I don’t know which comes first.

WS I really wanted to be a football kid and when I failed at football, sci-fi really took off. This kid called Andy Bruff in my class could do anything: run 400 metres in 40 seconds, do a backflip; he was a natural. I thought, “OK, if I work really, really hard at this, I could just about be better than average. What’s the point when that arsehole can do everything without trying?”

DT Yeah, so you end up chasing a slightly different world view, don’t you? I realised fairly early on that I wasn’t naturally sporty. I was quite happy being a bit of a clown or enjoying being slightly off-the-wall. I was better at that than playing football or being rough and tough, having fights in the playground.

WS But sci-fi also seems obvious. Its naturalism has always seemed really odd to me.

DT Everyone – well, viewers, actors, writers – we’re all less hung up on naturalism these days. Over the past ten or 15 years, maybe it began with magic realism but we’re now much more ready to accept non-linear storytelling, fantasy, sci-fi and all sorts as mainstream.

WS True. I think television’s going back to Dennis Potter – there was the guy who really began to break the mould with Pennies from Heaven and Blue Remembered Hills, saying you can have people breaking into song, you can have adults playing children. Brilliant.

DT The Singing Detective’s been on again, hasn’t it? On BBC Four.

WS That’ll be the 25th anniversary. God, middle-age time… I think almost his finest work was his final brilliant interview that he did with Melvyn Bragg.

DT That was glorious. When he was dying and said he looked out of his window and the blossom looked like the whitest, frothiest blossomiest blossom. Funnily enough, there was a Doctor Who episode, ‘The Time Monster’, back in the 1970s, where he talked about the daisiest daisy.
ON REJECTION

WS So what are your other influences, Dave?

DT I think you have acting influences and then you can have more broad artistic influences, I suppose. As an actor it’s people like Mark Rylance. And I saw Derek Jacobi on stage many years ago and was very affected by him.

WS Did you ever see Albert Finney on stage?

DT Yes, I saw him in Art.

WS He would’ve been getting on a bit then.

DT Probably past his best… I mean, he was very good, but I never saw his glory days.

WS Because I see some Finney in you.

DT [baffled] Ah, interesting.

WS I saw him in The Cherry Orchard, years and years ago, a classic production. I started out wanting to be an actor.

DT Did you ever do any?

WS I did some sort of semi-professional stuff and I was very keen indeed. Auditioned for the National Youth Theatre; I didn’t get in. It was a big blow. I was really pissed off about that because I don’t like failure. I actually can’t cope with it at all. And then when I got to university I was doing university productions and suddenly thought, “This isn’t me.” A guy I knew was directing and I thought, “Actually, I want to be directing this, I don’t want this guy telling me what to do. I can’t accept that.” And then I thought, “Actually, I want to be writing this shit.”

ES to DT Did you want to be a writer?

DT I’d like to have those skills. I’ve dabbled from time to time but I don’t feel confident enough to show my homework.

WS What sort of dabbling?

DT Oh, you know, I’ve written bits and pieces. There’s a weird thing when you have a certain level of… oh God, I might have to use the word ‘celebrity’, but you know what I mean, you suddenly get asked to write things simply because people know your name. You get asked to write introductions to books or even your own book, and I find that all slightly curious because I wouldn’t want to inflict that on anyone. I write the occasional forward for something that means a lot to me but not because I think I’ve got any great literary gift.

WS Even Nabokov said a literary style is an unpardonable error. I mean, he was joking, of course, about himself. There’s not a more stylistic and voicey writer than Nabokov. You ever wanted to play Humbert Humbert, the anti-hero in Lolita?

DT Well, it’s a fascinating role, isn’t it? Yeah, I think…

WS You’d be bloody good at it. You could do it.

DT We need to do an adaptation.
ON REVIEWS

DT If you ran away from acting for fear of failure, do you read reviews or does fear of failure keep you away?

WS As long as some are savagely bad and some are good, then you know you’re hitting the spot. If they’re all bad or all good, you’re in trouble. [Laughter.] Because I’ve published a lot. I mean, this year will be my 20th book, I’ve been through the mill a lot and I don’t tend to read them immediately. Not because it affects what I do, because it quite clearly doesn’t, I just do what I want to do, but emotionally I can be quite vulnerable.

DT Well, of course, I’m the same. Something I’ve learned to do is not to read them, just because it’s not nice if somebody says you’re shit.

WS Yeah, your professional persona is different from your emotional persona, but it’s just like they called you, personally, shit. And if you get a good review, you have a swollen, big-headed, narcissistic day. Fortunately, I’ve never walked into my local newsagent’s and had someone say, “I saw you had a shit review in The Times yesterday.”

DT Oh God, that happened to me today… I was doing an interview for something else entirely and this gentleman – he was very nice and we’d had a really good, proper chat – but I had another film just out and he mentioned the reviews. I said I don’t read them. He said, “They say it’s dross.” I was feeling quite good about it until then. I think people do love to serve them up to you. I never quite understand what that impulse is.

WS Because they hate you and they want you to feel bad.

DT Yeah. [Laughter.]

ON THE POSSIBILITY OF A SECOND DATE

ES So are you both happy with what you did with The Minor Character?


DT There’s nothing greater than being the cleverest person in the room, so to have that all done for you by Will Self is something I particularly enjoyed. And I think the fact that the main character’s called Will is…

WS That’s coincidental.

DT It can’t be coincidental, you made that choice. I mean, I never asked you this, but…

WS Well, OK, it’s not coincidental. It’s a trick, really, to shortcut the character so people know he’s a writer. But you’re way too young to play me. I mean, I just went to a tobacconist and asked for a brand of cigarettes that had been discontinued four years ago. [Laughter.]

DT But I’m an actor so we feel middle-aged quicker. You suddenly find yourself playing a father of grown-up children and you think, “Hang on, I used to be the juvenile, what’s going on here?” [Laughter.]

ES Maybe it’s time for you to write and Will to act.

DT There you go. That’s Sky’s next project. [Laughter.]

WS And then we’re going to get married.

ES Playhouse Presents... The Minor Character is on 12 April at 9pm on Sky Arts 1



Citation:

Will Self et David Tennant ont beaucoup en commun : l’amour de la science fiction, une grande maitrise de la langue anglaise et une aversion profonde des imbéciles. Quand la chaîne Sky Arts a engagé David Tennant pour le rôle principal de « The Minor character », premier scenario de Will Self mettant en scène un acteur agacé qui observe le déclin d’un cercle social, il semble que cela était l’inévitable aboutissement d’une longue amitié qui se serait forgée dans un salon VIP.

Nous avons été surpris d’apprendre qu’ils s’étaient à peine parlé auparavant. Nous avons décidé de jouer les entremetteurs, les réunissant dans le sous-sol de la Fitzoy Tavern sur Charlotte Street. Ce fut en partie un succès, voir au verso leurs commentaires sur la boisson, néanmoins, alors que nous partions, nous avons senti qu’une nouvelle amitié prolifique s’était construite. Leur premier rendez-vous était sans aucun doute le début de quelque chose de très beau et nous sommes impatients de voir leur version de Lolita, adaptée par Will Self, et interprété par David Tennant. Au moins, c’est comme ça que nous avons compris la discussion.


SUR LE FAIT D’ECRIRE ET DE JOUER;

ES Donc vous avez travaillé sur « The Minor Character » ensemble mais vous ne vous êtes jamais rencontrés ?

DT Nous nous sommes seulement rencontrés sur le dernier jour du tournage.

WS Oui, je suis juste passé faire un petit coucou et remercier David d’avoir accepté ce rôle parce que personne n’avait jamais adapté ce que j’avais écrit auparavant.

ES ça paraît étrange que vous ne vous soyez jamais rencontrés ; vous n’aimez pas vos œuvres respectives ?

WS J’ai vu David sur scène et c’est un acteur terriblement lucide. Particulièrement dans son interprétation de Shakespeare et c’est très attirant. Ça aide de paraître aussi soigné et d’avoir une diction aussi limpide, mais ça aide aussi d’être, si j’ose dire, un acteur intelligent. Parce qu’avec la meilleure volonté du monde, vous avez vu Michael Fassbender interpréter Jung dans « A Dangerous Method » ?

DT [prudemment] Oui, je vois le film dont tu parles.

WS Et bien c’est assez évident qu’il n’a jamais lu d’articles de Wikipedia sur Jung. Il joue donc le père fondateur de la psychanalyse et ne sait rien à ce sujet… juste « bla bla bla ». David n’est pas ce genre d’acteur. [Tous deux éclatent de rire.]

ES Quelle pièce de Shakespeare avez-vous vue ?

WS J’ai vu ton « Omelette » [Jeux de mots pour Hamlet].. Ce que beaucoup ne semblent pas apprécier avec « Omelette », c’est combien c’est délicat.

DT Combien ça nécessite d’œufs…

WS Je dois dire, j’ai vu quelques « Omelettes » dans ma vie et il y en a certains dont vous ne voulez vraiment pas vous approcher, particulièrement dans le quatrième acte.

DT [renvoyant le compliment] Ce que j’ai toujours aimé avec Will c’est que je suis une éponge quand la langue s’envole et j’aime son choix des mots extraordinaires et leur poésie. C’est très rare d’avoir un auteur dont la voix est si reconnaissable, de nos jours.

WS Beaucoup de gens détestent ça, bien sûr. Critique après critique, ils diront « il est incapable d’écrire quoique ce soit sans qu’on l’entende”

DT Pourquoi voudrais-tu…?

WS Les gens aiment que la prose soit technique. Ils aiment faire un travail. Ils ne veulent pas être confrontés.


SUR LES DINERS MONDAINS

ES De quoi parle « The Minor Character »?

WS C’est une satire de la classe moyenne, les quarantenaires urbains et l’aliénation dans laquelle je vis pratiquement tout le temps. Ce monde où tu ne vois pas tes vieux amis pendant un an mais où tu vas dans cette ronde de diners où tu vois quelqu’un à un déjeuner puis tu peux le voir à un diner plus important et soudain, il fait partie de ton cercle et, en fait, tu ne sais rien sur lui.

ES Vous vous sentez aliéné dans les diners mondains, ou pas encore?

DT Je dirais, il y a des choses que je peux identifier comme étant des événements que je reconnais, tu sais, un ensemble d’amis qui vont et viennent. Mais j’aime bien cuisiner et j’apprécie le moment où je suis la recette au calme, être capable d’y arriver, presque religieusement pour être sûr que ce que je fais est bon. Tu cuisines ?

WS Je peux cuisiner mais je ne m’y essaye pas parce que mon perfectionnisme me barre le chemin. Ça me stresse trop. Comme je ne bois pas je m’ennuie vraiment dans les dîners. Ça ne me gène pas que les gens boivent, tant qu’ils ne tombent pas par terre, sinon, je m’en vais.

DT Tu veux aller te coucher à 22h30

WS Quand ma femme et ses amies se lancent, elles sont debout jusqu’à 1 heure du matin. Je suis plutôt du genre “mais bord… qu’est-ce que vous avez encore à vous raconter ?” Elles se connaissent depuis des années.

DT Tu les laisse ?

WS Je vais me coucher.

DT Ouais. Bien.

WS Je vais lire un livre sur les gens dans des dîners.

DT Ou écrire à leur sujet.

WS Les diners devraient durent 90 minutes [rire]. Déjeuner: 25 minutes. Café: 5 minutes. Je n’aime pas vraiment manger.

DT C’est un peu le but des diners.

WS Je ne déteste pas ça, mais plutôt le fétichisme autour.

ES à DT Tu bois ? Je ne veux pas dire que tu es un alcoolique mais…

DT Je ne suis pas abstinent mais je suis un rencard bon marché.

WS [sans doute parce qu’on parle d’alcool] Tes parents sont toujours à Paisley ?

DT Mon père oui. Et ma soeur aussi.

WS J’ai épousé une écossaise.

DT D’où ?

WS Motherwell.

DT Mon Dieu. ? Elle est dure ?

WS Elle est sacrément dure ! Elle est vraiment coriace. Tu ne te disputes pas avec elle. [Tous deux rient.]


SUR LE FANTASTIQUE

ES Vous appréciez tous les deux la science-fiction n’est-ce pas ?

WS Quasiment à chaque fois que je publie un livre, il y a un site internet de science-fiction qui va déclarer “finalement, on ne peut plus nier le fait que Will Self est un auteur de science-fiction” Comme si j’avais été…

DT ....critique envers ça.

WS Ce qui est intéressant avec l’écriture de genre, c’est ça, je veux dire, ce n’est pas pour s’en réclamer, mais si c’est bon, ça transcende le genre en quelque sorte.

ES La raison pour laquelle je demande c’est que Mark Gatiss a déclaré que s’il y avait beaucoup de connections entre les gays et la science fiction, c’est parce que c’est un endroit privilégié où se réfugier, quand on se sent très complexé, particulièrement quand on est enfant et adolescent.

WS Il est gay Mark Gatiss?

ES Oui, c’est connu. Je ne le dévoile pas.

WS Sherlock est vraiment une tuerie mais je n’accroche pas du tout à “La ligue des Gentlemen”.

DT Oh, j’adore ça.

WS Qu’est-ce que j’ai loupé ? Faut-il être élevé à la baguette? [encore plus de rire]

DT Tu dois être un tout petit peu normal…

ES Mais je me demandais si, parce que vous êtes tout deux fans de science-fiction, vous vous reconnaissez dans cet aspect « à part »?

WS je suis sûr que c’est vrai et je pense que sa théorie est assez bonne. Ça n’est pas nécessaire d’être gay. Je suis plutôt gay.

DT C’est vrai que les enfants qui aiment la science-fiction ne sont pas très footeux n’est-ce pas ? Il y a sans doute un graphique avec les enfants gay quelque part, je ne sais pas comment ça peut se répartir. Je n’étais sûrement pas dans le groupe foot et j’aimais l’univers fantastique, mais je ne sais pas ce qui s’est manifesté en premier.

WS Lorsque j'étais enfant, je voulais vraiment jouer au football et quand j’ai échoué, la science-fiction a vraiment pris le dessus. Il y avait ce gamin dans ma classe appelé Andy Bruff qui pouvait tout faire : courir un 400m en 40 secondes, faire un salto arrière, il avait un talent inné. Je me suis dit : ok, si je travaille vraiment dur, je pourrais être juste au dessus de la moyenne. Quel intérêt quand cet enfoiré peut tout faire sans se fouler ?

DT Ouais, donc tu finis par avoir une vue un peu différente du monde n’est-ce pas ? J’ai réalisé assez tôt que je n’étais pas vraiment sportif. J’étais plutôt content d’être un peu le clown ou de m'amuser à être un peu extravagant. J’étais meilleur à ça que sur le terrain de foot ou à jouer les gros durs et me battre dans la cour de récré.

WS Mais la science-fiction semble aussi évidente. Son naturalisme m’a toujours paru étrange.

DT Tout le monde –enfin, les spectateurs, acteurs, auteurs– nous sommes moins attachés au réalisme de nos jours. Depuis dix ou quinze ans, ça a peut-être débuté avec le réalisme magique mais maintenant nous sommes plus prêts à accepter des histoires non linéaires, le fantastique, la science-fiction et tout ça devient un courant.

WS C’est vrai. Je pense que la télévision retourne à Dennis Potter (scénariste et auteur de TV) – vous avez ce type qui a vraiment commencé à casser le moule avec “Pennies from heaven” et “Blue remembered hills”, qui déclare que les gens peuvent se mettre à chanter, que vous pouvez avoir des adultes qui interprètent des enfants. Brillant.

DT On rediffuse “The Singing Detective”, non? Sur BBC Four.

WS ça sera le 25e anniversaire. Mon Dieu, le moyen-âge…Je pense que sa meilleure œuvre fut sa dernière interview avec Melvyn Bragg.

DT C’était fantastique. Il était en train de mourir et il déclara qu’il avait regardé par la fenêtre et la floraison semblait être la plus blanche, la plus florissante et la plus mousseuse. Ce qui est amusant, c’est qu’il y a eu un épisode de Doctor Who, « the time monster » dans les années 70, où il parlait du jour de la margueritique marguerite.


SUR LE REJET

WS Alors, quelles sont tes influences David ?

DT Je pense que tu as d’abord des influences par rapport au jeu d’acteur et qu’ensuite tu peux avoir des influences artistiques plus larges. En tant qu’acteur, ce sont des gens comme Mark Rylance. Puis j’ai vu Derek Jacobi sur scène il y a plusieurs années et ça m’a profondément touché.

WS As-tu vu Albert Finney sur scène ?

DT Oui, je l’ai vu dans Art.

WS Il aurait pu être un peu mieux..

DT Il n’était sûrement pas au mieux… Je veux dire, il était très bon, mais je ne l’ai jamais vu au sommet de sa gloire.

WS Parce que je vois du Finney en toi.

DT [surpris] Ah, intéressant.

WS Je l’ai vu dans “La Ceriseraie” plusieurs années auparavant, une mise en scène classique. C’est là que j’ai voulu devenir acteur.

DT Ca t’arrive de jouer la comédie ?

WS J’ai fait des trucs semi-pro et j’étais plutôt emballé en effet. J’ai auditionné pour le National Youth Theater. Je n’ai pas été pris. Ça a été une grosse claque. J’étais vraiment dégoutté parce que je n’aime pas l’échec. En réalité, je ne peux pas supporter ça du tout. Ensuite, lorsque j’étais à l’université, j’ai fait des productions universitaires et soudain, j’ai pensé “ça n’est pas moi”. Un type que je connaissais était en train de mettre en scène et j’ai pensé “en fait, je veux mettre ça en scène, je ne veux pas que ce type me dise quoi faire. Je ne peux pas l’accepter”. Et ensuite j’ai pensé “en fait, je veux écrire cette merde”.

ES à DT Tu veux devenir écrivain ?

DT J’aimerais avoir ce talent. J’ai gratouillé un peu de ci, de là, mais je n’ai pas suffisamment confiance pour montrer mon travail.

WS Quel genre de texte?

DT Oh, tu sais, j’ai écrit des bouts de trucs. Il y a une chose étrange lorsque tu atteins un certain niveau de… oh mon Dieu, je vais devoir utiliser le mot “célébrité” mais tu sais ce que je veux dire, on te demande soudain d’écrire des trucs uniquement parce que les gens connaissent ton nom. On te demande d’écrire des préfaces pour des livres ou même d’écrire ton propre livre, et je trouve ça légèrement curieux parce que je ne veux pas infliger ça à qui que ce soit. J’écris à l’occasion pour quelque chose qui a vraiment de l’importance pour moi, mais pas parce que je pense que j’ai un grand talent d’écriture.

WS Même Nabokov a dit qu’un style littéraire est une erreur impardonnable. Je veux dire, il plaisante, bien entendu, à son propre sujet. Il n’y a pas plus stylisé et parlant que Nabokov. As-tu déjà voulu jouer Humbert Humbert, l’antihéros de “Lolita” ?

DT ET bien, c’est un rôle fascinant n’est-ce pas ? Oui, je pense…

WS Tu serais sacrément bon là-dedans. Tu pourrais le faire.

DT On devrait l’adapter


AU SUJET DES CRITIQUES

DT Si tu as fuis le métier d’acteur par peur de l’échec, lis-tu les critiques ou la peur de l’échec t’en empêche-t-elle ?

WS Tant que certaines sont massacrantes et d’autres très bonnes, tu sais alors que tu as marqué un point. Si elles sont toutes bonnes ou toutes mauvaises, alors là, tu as un problème. [rire.] Parce que j’ai beaucoup publié, je veux dire, cette année, je sors mon 20e livre, je suis passé plusieurs fois à la moulinette et je ne me précipite jamais à les lire tout de suite. Pas parce que ça affecte mon travail, parce que clairement, ça n’est pas le cas, mais juste parce que je ne veux pas, émotionnellement, je suis assez vulnérable.

DT C’est sûr. Je suis pareil. J’ai appris à ne pas les lire, juste parce que quelqu’un a dit que tu étais de la merde.

WS Oui, ton Moi professionnel est différent de ton Moi émotionnel, mais c’est juste comme s’ils te traitaient Toi, personnellement, de merde. Et si la critique est bonne, tu as une journée “gros melon narcissique” Heureusement, je ne suis jamais entré dans le bureau de mon agent et entendre quelqu’un dire “j’ai vu que tu avais eu une critique pourrie dans The Time hier”.

DT Oh mon Dieu, ça m’est arrivé aujourd’hui… Je faisais une interview pour quelque chose de totalement différent et ce monsieur – il était très gentil et on bavardait agréablement – mais un autre film venait de sortir et il a parlé des critiques. J’ai dit que je ne les lisais pas. Il a dit « oh, ils ont dit que “ c’était de la merde”. J’en étais plutôt content jusque là. Je pense que certaines personnes aiment vraiment te rapporter ça. Je n’ai jamais vraiment compris ce qui les y poussait.

WS Parce qu’ils te détestent et veulent que tu te sentes mal.

DT Ouais. [rire]


SUR LA POSSIBILITE D’UN SECOND RENDEZ-VOUS

ES Donc vous êtes tous les deux satisfaits par ce que vous avez fait avec “The Minor Character” ?

DT Il n’y a rien de plus plaisant que d’être la personne la plus intelligente dans la pièce, donc d’avoir ça servi sur un plateau par Will Self est quelque chose que j’ai tout particulièrement apprécié. Et je pense que le fait que le personnage s’appelle Will est…

WS une coincidence...

DT ça ne peut pas en être une, tu as fait ce choix. Enfin, je ne t’ai jamais posé la question, mais…

WS Bo, ok, ça n’est pas une coïncidence. C’est une astuce, vraiment, pour recentrer sur le personnage afin que les gens comprennent qu’il est écrivain. Mais tu es bien trop jeune pour m’interpréter. C’est vrai, je viens d’aller au bureau de tabac et j’ai demandé une marque qui ne se fait plus depuis quatre ans. [rires.]

DT Mais je suis un acteur, donc je peux me sentir rapidement d’âge mûr. Tu te retrouves subitement à faire le père d’un grand enfant et tu penses “Eh ! Je jouais les jeunes premiers, qu’est-ce qu’il se passe là?” [rires]

ES Il est peut-être temps pour toi d’écrire et pour Will de jouer.

DT Allons-y. C’est le prochain projet de Sky [rires]

WS Et après, on va se marier.


Playhouse presents... The Minor Character passe le 12 avril à 21h sur Sky Arts 1



Traduction par Yeles
Relecture par Duam78 et Isaf
© London Evening Standard, 2012,toute reproduction, partielle ou complète, est interdite sans autorisation des Webmasters

_________________

Merci Circus Doll pour l'avatar
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 5 Avr 2012 - 14:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
isaf
Tennant Encyclopedia

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 1 261
Localisation: Lausanne

MessagePosté le: Sam 12 Mai 2012 - 23:08    Sujet du message: London Evening Standard - Getting to know you: Will Self and David Tennant (avec traduction) Répondre en citant



La traduction qui a été postée dans la newsletter est maintenant posté ici également.
_________________


Un grand grand MERCI à Duam78!!!!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:20    Sujet du message: London Evening Standard - Getting to know you: Will Self and David Tennant (avec traduction)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2012 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com