David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction) ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
isaf
Tennant Encyclopedia

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 1 261
Localisation: Lausanne

MessagePosté le: Lun 18 Juil 2011 - 18:42    Sujet du message: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction) Répondre en citant





Citation:


Le tueur de vampire "pas très téméraire"
Une interview exclusive avec David Tennant, par Jessica Dwyer



Dans le monde des films de genre, peu nombreux sont les acteurs autant aimé que Roddy MacDowall. L’acteur a créé nombre de rôles qui sont devenus aussi emblématiques, mais pour les fans de films d’horreur, le rôle de Peter Vincent, le présentateur d’histoires d’épouvante qui retrouve son courage grâce à un fan qui croit en lui, est le seul qu’ils portent vraiment dans leur cœur. Quand les producteurs de film du nouveau Fright Night sont arrivés au moment du casting pour la nouvelle version, ils ne pouvaient caster qu’un acteur avec le même niveau de talent, de cœur, de crédibilité et tout bonnement sympathique pour reprendre le rôle. Ils ont trouvé l’interprète parfait avec David Tennant.

David Tennant est devenu populaire aux États Unis après avoir endossé le rôle du plus populaire Docteur (numéro 10) dans l’histoire de la série de SF Doctor Who. Il a remplacé le favori de longue date (et vétéran des classiques d’épouvante) Tom Baker dans les sondages britanniques. Il est également apparu dans le rôle du méchant Barty Crouch Jr dans le blockbuster Harry Potter et la Coupe de Feu. David Tennant a précédemment joué dans de nombreuses productions de la BBC (incluant un sinistre personnage qui s’avère être un harceleur psychopathe dans Secret Smile) et a de nombreuses productions théâtrales à son actif. Récemment, il a battu des records dans le rôle d'Hamlet sur scène face à Sir Patrick Stewart et a actuellement retrouvé le monde de Shakespeare aux côtés de sa co-star dans Doctor Who Catherine Tate dans Beaucoup de bruit pour rien. Sur ce point, David Tennant a apporté de sérieuses qualités d’acteur au rôle un peu comme McDowall (qui était déjà une légende quand il a joué dans le classique des années 80) l’avait fait. Vous pouvez être certains que dès que le film sera sorti, une des choses dont les spectateurs parleront, c’est de David Tennant.

En parlant de « parler de » David Tennant, l’acteur a accordé une interview exclusive à HorrorHound dans laquelle il revient sur son rôle dans le film de Vampire. Nous l’avons retrouvé lors de la dernière répétition de Beaucoup de bruit pour rien.


HorrorHound : Donc qu’est-ce qui vous a donné l’envie de faire Fright Night et étiez-vous un fan du film original, comme Colin Farrell a révélé l’avoir été ?

David Tennant : Je ne peux pas dire que je le connaissais particulièrement mais j’étais au courant qu’il existait. Je pense que j’étais trop jeune pour l’avoir vu, du moins légalement, lorsqu’il est sorti. Mais je me rappelle de l’affiche très iconique, le visage devant la maison - c’était une image très frappante.

Mais je n’étais pas particulièrement fan du film. J’ai plus ou moins rattraper mon retard après l’évènement. J’ai été approché et ça a subitement semblé comme quelque chose que je ne voulais pas manquer. C’est très excitant de faire partie d’un grand film de vampire. Après j’ai rencontré Craig Gillespie et Anton et j’ai pensé que c’était quelque chose dont je voulais faire partie. Et quand vous voyez le reste du casting comme Colin Farrell, Christopher Mintz-Plasse et Imogen Poots, je pense que ça va être tout à fait spécial. Je n’ai toujours pas vu la production finale mais de ce que j’ai vu, j’en suis vraiment excité.


HH : Je sais que votre personnage se fait un peu tabasser dans ce film. Comment compareriez-vous le coté physique de ce film avec ce que vous avez connu dans Doctor Who. J’ai vu certaines photos que je n’étais probablement pas supposé voir et ça a l’air assez intense.

DT : Bien, il y avait certaines similarités. Il y avait plusieurs couloirs bizarres à parcourir de long en large et je ne suis pas étranger à ça. Mettre la raclée à des vieux démons supernaturels est très similaire en bien des points à de nombreux moments de Doctor Who.
Mais je suppose que quand vous avez à faire à des studios comme Dreamworks, c'est à plus grande échelle, et franchement, le budget est plus grand. Donc tout était multiplié par 10. Il y avait une extraordinaire séquence d’incendie vers la fin et j’étais vraiment au milieu de tout ça. J’étais entouré par ces cascadeurs faisant ces incroyables choses que vous ne penseriez jamais possibles. Être au milieu de ça…c’est tellement…ben, c’est juste une vraie expérience, vraiment. C’est comme être sur une zone de jeu avec les meilleurs effets spéciaux.


HH : J’ai pu voir un peu cette séquence de feu quand j’étais sur le tournage, et c’était spectaculaire.

DT : C’était incroyable !


HH : Beaucoup de gens se sont inquiétés de savoir comment votre personnage allait être traité avec vous reprenant le rôle tenu par Roddy McDowall. Ça ne vous est pas étranger au fait d’assumer un rôle iconique tenu précédemment par un autre acteur. Comment vous y êtes-vous pris pour gérer cette partie ?

DT : Ben vous savez, je suis un grand fan de Roddy McDowall dans tout ce qu’il a fait. Il y avait un show télévisé qu’il faisait où ils passaient à travers des portails et d’autres choses et il y avait un groupe de personnes (Fantastic Journey)… mais ils diffusaient ce show télévisé quand j’étais enfant, vraiment un très jeune enfant. Ils devaient le diffuser les matins et durant les vacances scolaires, et je me rappelle regarder l’écran et voir Roddy McDowall pour la première fois, et je pensais juste qu’il y avait quelque chose de remarquable chez ce brillant acteur.

Après bien entendu j’ai grandi et découvert l’ensemble de son travail. C’est une légende… il y a quelque chose de magique en lui. L’idée de reprendre le rôle de quelqu’un comme ça est assez intimidant si vous y réfléchissez bien. Vous avez juste à y penser comme : C’est une autre personnage, c’est une autre époque. Mais je devine que ce personnage comble le même trou dans le film. C’est un Peter Vincent très différent. Il a le même nom, mais il est différent de bien des manières.

Donc vous essayez de ne pas trop vous concentrer sur comment vous rapprocher du légendaire statut de quelqu’un comme lui et de faire de votre mieux.


HH : Maintenant, je lis que vous êtes allé au show de Chris Angel pour faire des recherches pour ce film.

DT : Je suis allé voir le show de Chris Angel, mais… nous avons dû faire attention parce que les gens pensent que je « fais » Chris Angel dans ce film alors que vraiment pas. Il est un illusionniste beaucoup plus expérimenté et plus célèbre que Peter Vincent dans ce film.

Je ne veux pas que Chris Angel pense que j’essaye de le copier je suis très loin de ce qu’il est. Mais je voulais voir un show de Las Vegas, je voulais voir un de ces shows de magie. Je n’en avais jamais vu, c’est pourquoi je pensais qu’il était important de savoir à quoi ressemblait ce monde. Mais non, Chris Angel est sacrément plus doué et plus couronné de succès que notre pathétique Peter Vincent.


HH : Quelle autres recherches avez-vous fait pour ce rôle de magicien ? Êtes-vous allé à la recherche de trucs et astuces et tours de passe-passe pour le rôle ?

DT : Un petit peu. Vous savez, je n’ai pas à faire beaucoup de magie puisque la majorité est faite à ma place. C’est pourquoi je n’ai pas à faire beaucoup de prestidigitation ou de choses comme ça. Mais j’ai regardé beaucoup de vidéos, lu un petit peu et je suis allé à Las Vegas pour me promener et m’imprégner un peu de l’atmosphère. Mais en même temps, Marti Noxon avait décrit cet extraordinaire personnage de telle façon qu’il avait l’air de bondir de la page.

Il était là dans le texte. Je n’avais pas à inventer beaucoup, il était entièrement là. Une autre raison pour laquelle ce fut un tel plaisir de le faire. C’est un si grand personnage, un personnage si abîmé….assez compliqué et amusant pour moi à jouer.


HH : Ils ont vraiment fait de lui un personnage beaucoup plus tragique que l’original. Il y a définitivement plus de désespoir (de vide ?) dans ce personnage que dans l’original.

DT : Ooooh…Oh oui. Il est détruit.


HH : Et j’ai jeté un coup d’œil sur lui sur internet à propos de sa préférence pour une boisson alcoolisée particulière. Avez-vous bu beaucoup de Midori Sours ?

DT : Oh ! Je l’ai fait, je l’ai fait ! J’en ai bu quelques gallons de, je ne sais pas ce que c’était…c’était l’une de vos délicieuses boissons énergisantes américaines. Quand je pense à ma consommation de sucre les jours où nous avons filmé ces scènes… je ne veux pas connaitre mon taux de glycémie parce que j’imagine qu’il devait crever le plafond. J’ai consommé beaucoup de ce truc. J’étais très excité.


HH : On dirait que vous êtes resté très proche du personnage qui vous a été donné. Durant le tournage avez-vous improvisé ou êtes-vous resté collé au script ?

DT : Quand vous le lisez pour la première fois, ça vous donne envie de le faire avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. Et la façon dont Craig travaille est qu’il laisse toujours la caméra tourner, et après, nous en fait jouer encore une et nous dit « voyons ce que nous avons là ». Il y avait beaucoup de latitude, juste assez pour laisser reposer un peu à la fin ou faire des essais avec une idée apparue durant le tournage.

C'est en fait assez intimidant, quand vous vous êtes sur le tournage de ce grand film et que le réalisateur dit : « faisons un truc en plus, voyons ce qu’on peut réussir à avoir ! » J’étais en train de travailler avec Anton qui est si drôle, si rapide et si vif, que les scènes avec lui devenaient vraiment amusantes. Marti Noxon est venue un jour visiter le lieu de tournage et j’ai pensé qu’elle allait être furieuse, mais elle n'aurait pu pas être plus encourageante. Tout est inspiré de son brillant travail. Bien entendu, je n’avais pas encore vu le produit fini, mais il y avait quelques bouts qui nous montraient faisant les imbéciles sur le tournage. Craig était très bon pour diriger les choses dans le bon sens.


HH : On dirait que c'est une bonne combinaison entre le comique et l’horreur, comme dans la version originale.

DT : Je l’espère. C’était certainement leur intention. Je pense que ce qui a été le plus délicat avec ce film, fut de trouver le "ton". Parce que quand c’est effrayant, ça se doit être proprement terrifiant. Quand vous voyez Colin dans son accoutrement complet de vampire, ça coupe le souffle et ça le fait carrément. Ces séquences d’action sont fantastiques et alimentées d’une vraie énergie et de vrai terreur et de tout ce que vous voulez voir. Et dans le même temps il est bon d'être… il y a une légèreté du trait j'espère et une légèreté exactement comme dans l’ancien film, mais j’espère avec une bonté aussi.


HH : Les films d’horreurs semblent être un genre jetable pour bon nombre de personnes. Mais dans un grand nombre d’entre eux, vous voyez ces allégories et ces choses, comme dans celui-ci, on voit Charley se réconcilier avec sa vie et y entrer en tant qu’homme. Beaucoup de personne,comme les fans de science-fiction, semblent penser qu’il n’y a pas grand-chose en dessous de la surface.

DT : Je pense que c’est une chose intéressante qu’on fait dans notre culture. On rejette légèrement beaucoup de forme artistique comme étant jetables et indignes. Mais les choses qui vivent dans notre culture, les choses pour lesquelles les gens ont un réel attachement émotionnel sont ce genre de choses, ces films dont vous tombez amoureux, les films que vous regardiez étant petit.

Je suppose que je dis ceci en arrivant avec un bagage d’une série de science-fiction qui a duré une cinquantaine d'années que les gens Angleterre et ailleurs ont chéri, choyé, suivi, etc..


HH : Il a sa propre mythologie, le Docteur est mythique.

DT : En effet. Et ces histoires, et c’est émissions et ces films que l’on voit et qui impliquent un attachement sont les plus important de notre vie - et qu’on saura toujours. Ils forment qui nous sommes. Je pense que c’est facile de déprécier l’horreur et la science-fiction comme des formes d’art jetables, mais vraiment, elles représentes tellement pour tant de personnes que je pense qu’elles sont aussi importantes que ce que l'on nomme "formes d’art supérieur'. C’est toute une part de l’expérience humaine, et c’est un électrisant.


HH : Et vous arrivez à être plus libre avec cette forme d'art. Vous pouvez dissimuler avec l’éclat des effets spéciaux, mais ça reste une histoire humaine et vous pouvez visualiser ce que vous voulez dans ça, vous pouvez vous y mettre vous-même. Et c’est exactement de ça qu’il s’agit.

DT : Absolument. C'est du "Faire-Croire" pour adultes.


HH : En ce qui concerne Fright Night, si vous pouviez prendre une scène comme étant votre favorite, laquelle serait-ce ?

DT : Oh, c’est vraiment très difficile. J’aime la séquence finale. Mais j’aime aussi toutes les scènes dans la tanière de Peter en haut du Hard-Rock Hotel. Juste parce qu’elles sont brillamment écrites - tellement amusantes à travailler avec Anton, Imogen et Craig. C’était un moment très amusant, excitant et créatif. Je ne peux plus attendre pour voir le produit fini.


HH : Mais aviez-vous un accessoire favori puisque que Peter a un arsenal de gadget ?

DT : Dieu, il y en avait des centaines, trop nombreux à mentionner. Je pense que le type des accessoires essayait de surpasser les uns avec les autres avec un attirail plus élaboré de tueur de vampires. Ce qui était vraiment agréable pour moi, spécialement étant le Britannique qui atterrit au Nouveau Mexique et doit soudainement faire ses preuves… La première fois que je suis entré sur le plateau de tournage qui était en quelque sorte le musée de Peter sur la mythologie des vampires, , toutes ces petites étiquettes…qui ne pourraient jamais être vues à l'écran, c’était juste une touche sympathique du département design,…toutes les étiquettes sur toutes les vitrines étaient toutes sortes de choses venant de Doctor Who - Parce qu’ils ont dit que je devais me sentir comme à la maison.

Pas que quiconque le verra en regardant le film. Je ne sais pas, peut-être que si vous figez l’écran de votre version haute-définition, vous pourriez lire des choses comme « Le sceau de Rassilon » ou « La main d’Omega ». Mais il y avait plein de choses comme ça. Il y avait apparemment quelques fans qui ont dû travailler dessus.


HH : Tout cela est un témoignage autour de l'amour des genres.

DT : Assez oui. Nous les Geeks allons conquérir le monde.




Traduction par Misstennantfantasy
Relecture par Duam78 et Idontwanttogo_01
© US Horror Hound Magazine, 2011,toute reproduction, partielle ou complète, est interdite sans autorisation des Webmasters
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Juil 2011 - 18:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ambre94
Fan officiel

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2009
Messages: 154
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Mar 19 Juil 2011 - 08:02    Sujet du message: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction) Répondre en citant

Merci pour cet article très sympathique. J'aime beaucoup le premier paragraphe Mr. Green
_________________
Revenir en haut
Idontwanttogo_01
Rédacteurs

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2010
Messages: 904
Localisation: Canada ou quelque chose comme ça

MessagePosté le: Mar 19 Juil 2011 - 12:32    Sujet du message: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction) Répondre en citant

Je ne sais pas s'ils ont pris l'expression exprès mais quand ils écrivent qu'il en a beaucoup sous la ceinture...
_________________

TARDIS : notre nouveau forum de RP whovien : http://tardis.forumprod.com/
Revenir en haut
Duam78
Lady of the Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 2 759
Localisation: Chartres

MessagePosté le: Ven 3 Fév 2012 - 14:04    Sujet du message: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction) Répondre en citant

Traduction de l'article postée
_________________

Merci Circus Doll pour l'avatar
Revenir en haut
Angel
Rédacteurs

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2012
Messages: 1 011
Localisation: Sur l'épaule de Campbell

MessagePosté le: Ven 17 Fév 2012 - 23:44    Sujet du message: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction) Répondre en citant

 
Citation:
 Nous les Geeks allons conquérir le monde.








_________________
Je suis L, G, B et T en même temps. Je suis l'arc-en-ciel complet des pull-overs de Campbell. Ice Tea Foot et prend une bière.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:11    Sujet du message: US Horror Hound magazine - Fright Night (avec traduction)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com