David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum
David Tennant - The Royal Tennant Company
Le premier et unique forum francophone dédié à David Tennant
 
David Tennant - The Royal Tennant Company Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



:: The Telegraph - Much Ado about nothing (avec traduction) ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
isaf
Tennant Encyclopedia

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 1 261
Localisation: Lausanne

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2011 - 17:47    Sujet du message: The Telegraph - Much Ado about nothing (avec traduction) Répondre en citant



Source



David Tennant and Catherine Tate interview for 'Much Ado About Nothing
Ex-'Doctor Who’ stars David Tennant and Catherine Tate on reuniting for this summer’s hottest theatre ticket


When David Tennant’s Doctor bade farewell to Catherine Tate’s Donna Noble, the most comically quarrelsome of Doctor Who’s many companions, at the end of their big finale episode in 2010, he handed her and her newlywed husband a winning lottery ticket. The programme’s army of fans might well conclude that they’ve hit the jackpot, too, now that the two stars are re-materialising in the guise of the funniest bickering lovers in the Shakespeare canon, Benedick and Beatrice in Much Ado About Nothing.

Joined by their director, Josie Rourke, the pair mull over the genesis and challenges of this summer’s hottest theatrical ticket.

Dominic Cavendish: Did you hatch a plan to work together as you left Doctor Who?

David Tennant: We’ve not stopped doing stuff together since then. I did a bit on Catherine’s Christmas show, and we stood in for Jonathan Ross [on Radio 2] a few times.

Catherine Tate: I had an idea that I would like to do Much Ado with David, but there wasn’t some big plan at the end of Doctor Who for us to do this.

DT: No, it grew from a casual conversation to very quickly gaining its own life. Towards the end of last year, we put the idea out there, and Sonia [Friedman, the West End producer] was really up for it.

DC: Did you worry Doctor Who fans might bring too much baggage with them?

DT I know that was said a lot when I did Hamlet for the RSC [in 2008], but, to be honest, it never occurred to me. I just imagined people would be sensible enough not to bring those preconceptions with them. It’s probably slightly naïve, but it genuinely didn’t occur to me with this either. Perhaps it should have done.

It would be disingenuous to suggest that the fact this is happening hasn’t got something to do with the power of Doctor Who, and that’s something I’m wonderfully thankful for. But, for me, the thinking was “I’d like to do a play; I’d like to do Much Ado About Nothing; and it just so happens that the perfect Beatrice in my head is Catherine”. That’s as involved as my thought process was.

CT: Benedick and Beatrice are similar to the Doctor and Donna in some ways – there’s a lot of sparring – but this is a romantic relationship, which was never the case in Doctor Who. Of course, there’s a natural desire to see that energy between us being recreated. I trust people have more sense than to assume it will be the same.

DC: You’ve also got a very sizeable following thanks to The Catherine Tate Show. You could even say there’s a slight touch of “Am I bovvered?” about Beatrice.

CT: Maybe. Lauren and Beatrice are independent, opinionated women of different generations and from different ages. Lauren talks very fast, and the wit of Shakespeare is very fleet of gob. But I don’t think people will expect me to come out and be as belligerent as that. And it would pain my heart to think anyone imagines I’ll wink across the footlights and say, “Am I bovvered?” If there is, I’m going to disappoint them.

DC: Josie, where did you come in?

Josie Rourke: I got a call saying, “Would you be interested in doing a production of Much Ado About Nothing with Catherine Tate and David Tennant?” And it’s a dream job, really. Their chemistry is very profound but it’s directed outwards: this has been one of the happiest acting companies I’ve worked with. It’s also very helpful when you’re conceiving a production knowing some of the casting. If it had been a different Beatrice and Benedick, it would have been a different production.

DT: I was slightly dreading that when we met Josie she would suggest a ruff!

CT: At our first meeting she said, “You’re very modern actors – we can’t put you in a ruff!” Which was a relief.

DT: I’ve worn a ruff in my time, but I’m glad not to be doing so on this occasion

JR: I think either of you could pull off a ruff, but, no, this is being set in the early to mid 1980s. Our Messina is a place that’s a bit like Malta or Gibraltar: it has a sense of being a key military base and a place where soldiers go for rest and recuperation after they’ve been to war.

As a setting, it’s also useful in understanding the female characters. Without pushing it too hard, we’re suggesting that Beatrice has inherited the legacy of 1970s feminism. I think that’s helpful.

DC: The phrase “sex war” does cut to the chase of the play, doesn’t it? What makes Benedick so antagonistic, outwardly at least, to the opposite sex, do you think?

DT: I sense that all that misogyny comes out of self-loathing. There’s fear of commitment, fear of emotional attachment and vulnerability.

It’s very recognisable. It strikes me how this play is really the template for every romantic comedy – the couple who can’t live with each other, can’t live without each other.

CT: We meet them at a time when you get the sense that they’ve been the coolest people in the room, and they’re getting to an age when they’re going to get left on the shelf and start looking sad. They both very quickly cave in when they think the other loves them.

DT: They cave in with enthusiasm!

CT: What’s lovely is that you get to see Beatrice’s softer side. As brilliant as many of the other female characters in Shakespeare are, she’s the most attractive to me. As well as her wit, some of her lines are beautiful. She’s an orphan, so there’s this sadness to her.

DC: Do you have to work against expectations that you’ll always be funny?

CT: I’ve got to a place now where I’m not in control of how I’m perceived. I have no doubt that, whatever I do, most people will remember me for being a sweary old nan and a belligerent teenager. If people want to laugh even when I’m not being funny, I’ll thank them for it. I can only do what I do.

DC: This is your Shakespearean debut, isn’t it?

CT: Yes, as a professional actor it is, although I did a lot of Shakespeare at drama school [Central]. I’ve never shied away from it; it’s just that I’ve never been asked.

I went from an unemployed actor’s life to doing stand-up comedy, and that was fortuitous. It’s not the usual way the crow flies, going from being in a TV sketch show to playing one of Shakespeare’s finest characters, but, hey, that’s the way it has happened.

DC: By contrast, David Tennant, you’ve starred in many Shakespeare productions. Perhaps the biggest single difference this time round is that you’re undertaking a major stage role having recently become a dad. How are you coping with that?

DT: Oh, stop it now. Move on!

CT: He’s not going to answer that question. I’m talking as his publicist!

DC: I just thought you might be a bit tired.

CT: We’re all tired, love. He’s not working any harder than the rest of us!

DT: Seven shows a week? You know, it’s going to be lovely, actually. I honestly can’t wait.





Citation:


Interview de David Tennant et de Catherine Tate pour 'Much Ado About Nothing' (Beaucoup de Bruit Pour Rien). Les ex-stars de 'Doctor Who’ David Tennant et Catherine Tate sont de nouveau réunis pour le duo théâtral le plus chaud de cet été.

Quand le Docteur de David Tennant fit ses adieux à la Donna Noble de Catherine Tate, la plus comique et la plus querelleuse des nombreuses compagnes de 'Doctor Who', à la fin de leur grand épisode final en 2010, il leur apporta, à elle et à son tout nouveau mari, un ticket de loterie gagnant. L'armée de fans de cette série pourrait bien en conclure qu'ils ont touché le jackpot, eux aussi, maintenant que les deux stars se rematérialisent sous l'apparence des amants chamailleurs les plus drôles du canon shakespearien, Benedick et Beatrice dans Much Ado About Nothing.

Rejoints par leur metteur en scène, Josie Rourke, le duo réfléchit à la genèse et aux défis du plus chaud des duos théâtraux de cet été.

Dominic Cavendish : Lorsque vous avez quitté Doctor Who, pensiez-vous retravailler ensemble?

David Tennant : Nous n'avons pas cessé de réfléchir à cela ensemble depuis ce moment-là. J'ai participé à l'émission de Noël de Catherine, et nous sommes allés à l'émission de Jonathan Ross [sur Radio 2] quelques fois.

Catherine Tate : J'avais dans l'idée de jouer Much Ado avec David, mais il n'y avait pas de plan pré-établi entre nous à la fin de Doctor Who pour le faire.

DT : Non, ce projet est né au hasard d'une conversation et a très rapidement pris vie. Vers la fin de l'année passée, nous avons fait connaitre l'idée autour de nous, et Sonia [Friedman, la productrice du West End] était prête à nous suivre.

DC : Vous êtes-vous inquiétés de ce que les fans de Doctor Who pourraient avoir comme idées préconçues à leur propos ?

DT : Je sais que nous ça a beaucoup été dit quand j'ai joué Hamlet pour la RSC [en 2008], mais, pour être honnête, ça ne m'est jamais venu à l'esprit. J'ai juste imaginé que le public serait assez sensible pour ne pas avoir ces idées préconçues sur eux. C'est probablement un peu naïf, mais ça ne m'est vraiment pas apparu de cette façon non plus. Peut-être que ça aurait dû. Ça pourrait passer pour un manque de franchise que de suggérer que ce qui c'est produit n'a rien à voir avec le pouvoir de Doctor Who, et c'est quelque chose pour lequel j'ai une envie incroyable de dire merci. Mais, pour moi, la réflexion a été “J'aimerais jouer dans une pièce ; j'aimerais jouer dans Much Ado About Nothing ; et il m'est juste apparu que la parfaite Beatrice telle que je me l'imaginais était Catherine”. Mon mode de pensée a été aussi complexe que ça.

CT : Benedick et Beatrice sont similaires au Docteur et à Donna d'une certaine façon – il y a beaucoup de disputes – mais c'est une relation romantique, ce qui n'a jamais été le cas dans Doctor Who. Bien sûr, il y a un désir naturel de voir cette énergie être recréée entre nous. J'espère que le public sera assez sensé pour se dire que ce n'est pas pareil.

DC : Vous avez aussi fait des prestations remarquées dans The Catherine Tate Show. Vous pourriez également dire qu'il y a une petite touche de “Am I bovvered ?”[Référence à un personnage jouée par Catherine Tate] à propos de Beatrice.

CT: Peut-être. Lauren et Beatrice sont des femmes indépendantes, avec des opinions, de générations et d'époques différentes. Lauren parle très vite, et l'esprit de Shakespeare est très rythmé. Mais je ne pense pas que le public attende de moi que je me montre et que je sois aussi bagarreuse que cela. Et ça me ferait mal au coeur de penser que quiconque s'imagine que je vais m'avancer vers la rampe et dire, “Am I bovvered ?” Si c'est le cas, je vais les décevoir.

DC : Josie, où entrez-vous en scène ?

Josie Rourke : J'ai reçu un appel qui me disait, “Seriez-vous intéressée pour participer à la production de Much Ado About Nothing avec Catherine Tate et David Tennant ?” Et c'est un boulot de rêve, vraiment. L'alchimie entre eux est très profonde mais elle est dirigée vers l'extérieur : ça a été une des plus joyeuses troupe d'acteurs avec lesquelles j'ai travaillé. C'est aussi très pratique quand vous concevez une production en connaissant une partie de la troupe. Si Beatrice et Benedick avaient été interprétés par d'autres, la production aurait été différente.

DT : J'étais un peu effrayé quand nous avons rencontré Josie à l'idée qu'elle puisse nous suggérer le port de la fraise !

CT : A notre première rencontre, elle a dit, “Vous êtes des acteurs très modernes – Nous ne pouvons pas vous faire porter une fraise !” Ce fut un soulagement.

DT : J'ai porté une fraise à une époque, mais je suis content de ne pas avoir eu à le faire à cette occasion.

JR : J'ai même pensé que vous pourriez enlever vos fraises, mais, non, cette version est sensée se passer dans la première moitié des années 80. Notre Messine est un endroit un peu comme Malte ou Gibraltar: il a une fonction clé au niveau stratégique et c'est un endroit où les soldats vont pour se reposer et récupérer après être allés au front. En règle générale, il est aussi utile de comprendre les personnages féminins. Sans aller trop loin, nous suggérons que Beatrice est l'héritière du féminisme des années 1970. Je pense que ça aide.

DC : L'expression "guerre des sexes" est au centre de l'intrigue de la pièce, n'est-ce pas ? Est-ce qui rend Benedick si hostile, du moins en apparence, au sexe opposé, à votre avis ?

DT: J'ai le sentiment que toute cette misogynie provient du dégoût de lui-même. C'est la peur de s'engager, la peur de l'attachement émotionnel et de la vulnérabilité. C'est très net. Ce qui m'a frappé dans cette pièce c'est à quel point elle est dans le modèle de toute comédie romantique – le couple dont les membres ne peuvent ni vivre l'un avec l'autre, ni vivre l'un sans l'autre.

CT : Nous les rencontrons à un moment où l'on sent qu'ils ont été les personnes les plus cool du coin, qu'ils atteignent un âge où ils risquent de rester vieux garçon et vieille fille et où ils commencent à sembler tristes. Ils cèdent tout deux rapidement dès qu'ils pensent que l'autre les aime.

DT : Ils cèdent avec enthousiasme !

CT : C'est charmant quand on commence à voir le côté plus sensible de Beatrice. Aussi brillants que soient beaucoup d'autres personnages féminins de Shakespeare, c'est elle la plus attirante à mes yeux. Autant que sa sagesse, certaines de ses répliques sont belles. Elle est orpheline, alors il y a cette tristesse en elle.

DC : Allez-vous décevoir ceux qui penseent que vous êtes toujours drôle?

CT : Je sais que je n'ai aucun contrôle sur comment je suis perçue. Je n'ai aucun doute que, quoi que je fasse, la majorité des gens se souviendront de moi pour avoir été une vieille Nan qui jurait comme un charretier et une adolescente bagarreuse. Si le public veut rire même quand je ne suis pas drôle, je les en remercie. Je peux seulement faire ce que je fais le mieux.

DC : Ce sont vos débuts dans une pièce de Shakespeare, n'est-ce pas ?

CT : Oui, ça l'est en tant qu'actrice professionnelle, bien que j'ai beaucoup joué de Shakespeare aux cours de théâtre [Central]. Je n'ai jamais craint de le faire ; c'est seulement qu'on ne me l'a jamais demandé. Je suis passée de la vie d'actrice sans emploi à celle de comédienne de stand-up, et c'était fortuit. Il n'est pas ainsi que les choses se passent habituellement, passant d'une émission de sketchs à la télévision vers l'un des personnages les plus beaux de Shakespeare, mais, hé, c'est de cette façon que c'est arrivé.

DC : Au contraire, David Tennant, vous avez joué dans de nombreuses productions shakespeariennes. Peut-être la plus grosse différence est que cette fois, vous avez un rôle majeur sur scène alors que vous êtes récemment devenu père. Comment y arrivez-vous?

DT : Oh, on arrête maintenant. Passons à autre chose !

CT : Il ne répondra pas à cette question. Je parle en son nom !

DC : Je pensais juste que vous deviez être un peu fatigués.

CT : Nous sommes tous fatigués, mon grand. Il ne travaille pas moins dur que le reste d'entre nous !

DT : Sept représentations par semaine ? Vous savez, ça va être génial, en fait. Honnêtement, je suis très impatient.



Traduction par T.A.R.D.I.S.
Relecture par Angel
© The Telegraph, 2011,toute reproduction, partielle ou complète, est interdite sans autorisation des Webmasters

_________________


Un grand grand MERCI à Duam78!!!!
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Mai 2011 - 17:47    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
isaf
Tennant Encyclopedia

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 1 261
Localisation: Lausanne

MessagePosté le: Dim 26 Mai 2013 - 12:14    Sujet du message: The Telegraph - Much Ado about nothing (avec traduction) Répondre en citant



Traduction de l'article postée!
Merci à T.A.R.D.I.S. pour la traduction et Angel pour la relecture

_________________


Un grand grand MERCI à Duam78!!!!
Revenir en haut
rose1978
RTC Helpers

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2013
Messages: 712
Localisation: (Belgique pluvieuse donc pour le même prix je préfèrerais Londres

MessagePosté le: Dim 26 Mai 2013 - 23:45    Sujet du message: The Telegraph - Much Ado about nothing (avec traduction) Répondre en citant

De toutes celles qui ont joué avec David, Catherine est assurément une de celle qui me manque le plus, ça va me donner envie de revoir la pièce encore une fois ,
  surtout que je ne l'ai plus revue depuis le mois de juillet de l'année dernière, déjà. J'adore cette version de la pièce.
Et ce cher David, et sa réaction ultra prévisible dès qu'un journaliste se risque à dévier sur sa vie privée, ,ils devraient le savoir depuis le temps, mais c'est vrai que c'est tenace ces petites bêtes là.

Merci à TARDIS; Angel et Isaf pour votre travail.
_________________
God save the Tennant
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:09    Sujet du message: The Telegraph - Much Ado about nothing (avec traduction)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    David Tennant - The Royal Tennant Company Index du Forum -> David, sa vie, ses oeuvres... -> Articles de presse -> 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com